Cédric Aylen
avatar
Messages : 1494


Master Management et Gestion d'Entreprise

Bryant Aylen

MessageSujet: Bryant Aylen Mon 16 Oct - 14:14

Nom
 Aylen
Prénom
 Bryant
Âge
61 ans
Classe
 /
Groupe
PNJ
Club
 /
Métier
Mafieux sous des airs de parfaite respectabilité
Nationalité
Anglais
Sexualité
Homosexuel
Avatar
?
Goûts
Aime : L’argent et le pouvoir, manipuler les autres, agir dans l’ombre.

N’aime pas : Les surprises, bonnes ou mauvaises, être contrarié, et tout ce qui peut lui rappeller ses ‘basses’ origines.
Bryant Aylen.


My body.   Bryant Aylen se considère aujourd’hui comme un vieil homme. Du moins selon son âge, ou l’expression de son regard qui semble en avoir trop vu ou trop fait. Il reste pourtant toujours alerte, avec un corps toujours parfaitement entretenu, longiligne et tout en force nerveuse, que l’on devinait sans mal encore puissant malgré les années. N’ayant guère le temps de pratiquer une activité sportive régulière, il aime cependant faire au petit matin plusieurs longueurs de bassins lorsque les hôtels dans lesquels il descend possèdent une piscine.

Sa santé a par ailleurs été un des gros soucis de sa vie. Atteint de polyarthrite rhumatoïde à l'âge de 40 ans mais cependant découverte dès les premiers signes, il a dû faire avec de lourds traitements. Mais la prise en charge précoce de la maladie lui a permit d'enrayer assez rapidement l'évolution de celle-ci. Ce qui n'a malheureusement pas été le cas pour sa myopie assez importante doublée de la presbytie habituelle à cet âge, qu’il compensait par des lunettes cerclées d’une épaisse  monture noire accentuant son regard acéré bleu acier. Regard qui pouvait parfois s’adoucir lorsque celui-ci se posait sur Timothée, son fils... Et c’était bien la seule personne pour laquelle il était facile de lire ses sentiments. Son expression ne reflétait généralement qu’une neutralité absolue, chose pour laquelle il avait travaillé des années durant afin de ne rien laisser transparaître lors de ses transactions en affaires. Il fallait donc se focaliser sur des petits détails pour déterminer s’il vous appréciait ou non. Et seules les personnes le connaissant réellement bien, qui se comptaient sur les doigts d’une seule main, pouvaient y parvenir. Parce qu’il était facile de ne pas regarder plus loin que ses cheveux gris tirant vers l’argenté à peine touchés par la calvitie, qu’il ramenait vers l’arrière et qui dégageaient un visage  sévère taillé à coups de serpe. Tandis que ses lèvres fines dessinaient dans le meilleur des cas, un léger rictus moqueur alors qu’il vous fixait longuement de façon impénétrable.



My heart.   Sous des apparences très respectables, Aylen senior s'avère être en réalité un mafieux prêt à vous 'débarrasser' du moindre problème -et ce, définitivement- pour quelques monnaies sonnantes et trébuchantes. Manipulateur, il parvient toujours à trouver le moyen d’obtenir ce qu’il veut, de qui il veut. Déterminé et tenace dès qu’il a un but à atteindre, il n’hésitera pas à utiliser tous les moyens nécessaires pour y parvenir, que ceux-ci soient légaux ou pas. Il se sait de toute façon depuis longtemps intouchable.
Il n’aime cependant guère être surpris, que la surprise soit bonne ou pas. Car la surprise est pour lui le signe d’un mauvais calcul, quelque chose qu’il n’aurait pas su prévoir et donc anticiper. Etre pris au dépourvu c’est risquer de montrer ses failles, celle d’un homme dévoré par l’ambition qui se sera battu toute sa vie contre sa condition sociale. Il aime être riche mais il aime plus encore la sensation de pouvoir qui lui parcours l’échine lorsqu’il tire dans l’ombre des ficelles invisibles…

Rare d’ailleurs étaient ceux avec qui il s’était montré un minimum honnête. Le prix à payer en avait été la solitude malgré son mariage, et malgré son fils. Que certaines langues bien intentionnées ont monté contre lui dès son plus jeune âge, en lui susurrant au creux de l’oreille que son père n’était qu’un parvenu sans histoire et sans titre, ce qui le rapprocha définitivement de sa mère et de la branche ‘respectable’ de sa famille. Ce fut d’ailleurs pour lui une véritable blessure toujours à vif, et même s’il savait que cela ne venait pas de Margareth elle-même, il ne pouvait s’empêcher de lui en tenir rigueur. Et d’autant plus lorsqu’il voyait SON fils être si proche de sa mère et si peu intéressé par lui. De ce jour, il tenta -sans grand succès- d’inverser cette tendance.

Y penser le rendait d’ailleurs taciturne comme le vieil homme aigri qu’il était sans doute. Alors parfois, il se donnait le droit de s’oublier dans les bras de son amant. Stewart avait pour lui de ne rien exiger et d’être là quand il le lui demandait. C’était une relation risquée et qui ne lui rapportait plus grand-chose sur le plan des affaires, s’étant déjà implanté dans bon nombre de ses sociétés. Celles où il n’avait pas mis les pieds n’avaient que peu d’importance de toute façon. Mais il n’avait jamais su mettre un terme à cette relation. Stewart le connaissait d’ailleurs trop bien. Une faiblesse de plus à ajouter à une liste déjà conséquente. Mais c’était  sans doute la pire, puisqu’elle pouvait le mener du jour au lendemain à la ruine.




My story.   Bryant Aylen s’est forgé son destin à la force de ses bras. Ou plutôt à la force de son intelligence. Sorti des quartiers pauvres de Londres, il aurait pu finir comme tant d’autres exploité, à gagner un salaire de misère dans des emplois subalternes pour pouvoir survivre et vivoter tant bien que mal. Mais il avait bien trop d’ambition pour se contenter des quelques miettes que certains lui concèderaient alors qu’il pouvait aller lui-même chercher sa propre part du gâteau. Et si possible très grosse, la part.

Il ne se précipita pourtant pas, passant une bonne partie de son enfance et de son adolescence à observer, analyser et chercher le meilleur moyen pour parvenir en haut de la chaine alimentaire sans se faire soi-même dévorer par plus gros que soi, ou mieux installé dans le business que lui. Il évinça donc rapidement tout ce qui était petite délinquance, petit trafic sans grande envergure ou tout ce qui menait bien trop rapidement à la case prison. Et ce d’autant plus que son père, immigré Moldave travaillant dans un abattoir, veillait au grain. Ce fut finalement les soucis d’alcool et la cirrhose au foie de celui-ci, qui par la force des choses libérèrent Bryant de son emprise. Mais celui-ci avait déjà compris ce que pouvait être la criminalité à col blanc et tous les avantages qu’elle pouvait présenter à ses yeux.
D’autant que son esprit brillant lui permit d’obtenir des bourses pour faire des études de Droit et de Gestion de patrimoine, afin d’utiliser tout cela à son avantage. Naviguant alors dans les hautes sphères de l’économie et de la politique, il devint ainsi rapidement indispensable à bon nombre de personnes bien placées. Jusqu’à devenir au fur et à mesure des ‘services rendus’, intouchable. Car qui voudrait le faire tomber, ferait aussi tomber bon nombre de notables, aristocrates et puissants du monde des affaires et de la politique somme de simples dominos. Tout ce beau monde en était parfaitement conscient et tout le monde se serrait les coudes face à cette éventualité. Ce qui n’empêchait en rien les coups dans le dos que l’on pouvait se donner entre gens du ‘même monde’.

Sa vie personnelle était elle, laissée totalement à l’abandon n’ayant ni le temps, ni l’envie de s’investir dans une relation quelle qu’elle puisse être. Même s’il utilisa cependant sa homosexualité autant pour ses ‘affaires’ que parfois pour son propre plaisir... Se sentant juste comblé lorsqu’il pouvait lier les deux comme avec Stewart Davis. Jusqu’à l’aube de ses quarante ans où il prit soudainement conscience qu’il n’avait pas de fils à qui transmettre son petit empire. Il se mit donc à chercher le bon parti qu’il trouva en la personne de Margareth de Villecourt, aristocrate anglaise liée à la famille royale, qu’il épousa. Ce mariage de raison était parfaitement clair, il apportait des liquidités et son carnet d’adresses bien rempli à une vieille famille aristocrate désireuse d’élargir ses intérêts alors que Margareth lui apportait son titre et son statut social. Du gagnant-gagnant donc. A condition qu’il n’y ait aucune tromperie de sa part sans quoi Margareth raflait toute la mise. Lié par son contrat de mariage, il apporta donc une attention toute particulière à garder son amant caché dans le placard et à vivre sa relation avec Stewart dans le plus grand secret…
Suivi quelques années de galères où les fausses couches se succédèrent aux fausses couches. Lassé, et véritablement inquiet, il mit tout en œuvre pour obtenir cet héritier tant attendu. Jusqu’à ce que sa femme finisse par accoucher de Timothée, l’héritier tant attendu.

Il pensa alors sa vie parfaitement calée, jusqu’à ce que seize ans plus tard, il vit débarquer dans son bureau un fils, qui lui ressemblait un peu trop et français de surcroit, qui venait réclamer sa place… Il se débarrassa aussitôt du problème en l’envoyant au pensionnat de St-Adams. Ne se doutant absolument pas à ce moment-là que le problème, tel un boomerang, lui reviendrait en pleine figure quelques mois plus tard...




Credits ©️ JIN - TG
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Evans
avatar
Messages : 93
Emploi : Assistant vétérinaire


La mère Noël

Bryant Aylen

MessageSujet: Re: Bryant Aylen Mon 16 Oct - 17:03
L'ava c'est un fanart de George Smiley dans Tinker tailor soldier spy, interprété par Gary Oldman ! ~


Revenir en haut Aller en bas
Cédric Aylen
avatar
Messages : 1494


Master Management et Gestion d'Entreprise

Bryant Aylen

MessageSujet: Re: Bryant Aylen Mon 16 Oct - 17:05
Merci Aaron ! =)


Revenir en haut Aller en bas
Aaron Evans
avatar
Messages : 93
Emploi : Assistant vétérinaire


La mère Noël

Bryant Aylen

MessageSujet: Re: Bryant Aylen Mon 16 Oct - 17:07
You're welcome ♥️


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Adams :: Le bureau des inscriptions :: Album étudiant :: Fiches acceptées :: Fiches des PNJ-