Kaylan Rhett
avatar
Messages : 31
Age : 23
Emploi : Etudiante


vendeur animalier

Il faut sauver le soldat Chaton

MessageSujet: Il faut sauver le soldat Chaton Wed 27 Sep 2017 - 20:48


Bienvenue dans mon monde


Une nouvelle journée commence pour moi, dans ma nouvelle boutique. En fait, j’ai l’impression de n’être encore jamais sorti de cet endroit. Je suis là depuis peu mais déjà, je commence à étouffer. Les gens, quoi que bien peu nombreux à l’heure actuelle, sont épuisants. Mentir, sourire, être gentil et serviable … Toutes sortes d’attitudes que je dois adopter pour mon travail et qui ne sont pas dans ma nature. Parce que non, je n’ai rien d’un menteur souriant, gentil et volontaire. Je suis juste moi, et si je m’écoutais, j’enverrais chier tous les clients qui entrent ici avec des questions connes.

J’observe mes trois lapins qui se baladent entre les différents rayons. Je les libère toujours un moment avant l’ouverture, mais il est grand temps de les enfermer pour la journée, avant d’ouvrir la boutique au public. Si je pouvais ils auraient droit à leur liberté totale mais avec le passage des clients, de leurs animaux et de tous les microbes qu’ils apportent sous leurs semelles et pattes, il est hors de question que je risque de rendre mes protégés malades. Je les attrape un par un, pour les remettre dans leur enclos où les attendent leurs légumes frais et leur foin délicieux dont ils se délectent aussitôt.

- Et voilà mes jolis, vous avez tout ce qu’il vous faut, maintenant.

Je m’éloigne de leur enclos et déverrouille la porte. ‘fin prêt pour accueillir les gens les plus chiants qui décideront de venir m’emmerder aujourd’hui. C’est fou quand même, pour un asocial comme moi, d’avoir décidé de faire carrière dans la vente, n’est-ce pas ? Ma foi, les études qu’on fait ne nous guident pas toujours vers les objectifs qu’on se fixe au départ. Je fouille dans mes poches, trouve un papier chiffonné que j’ouvre pour y lire quelques lignes griffonnées rapidement. Ma dernière liste de courses en date. J’esquisse un sourire en coin et la fourre de nouveau au fin fond de ma poche.

Lorsque j’arrive derrière le comptoir, la sonnette de la porte résonne pour laisser entrer un grand homme brun que je fixe un moment alors qu’il semble cacher quelque chose dans son manteau. Je l’observe avec suspicion. Est-ce que je suis sur le point de me faire braquer ? Viser une boutique qui vient seulement d’ouvrir … Le gars est forcément un gros débutant. Je suis même certain que j’ai toutes mes chances de le faire fuir en choisissant bien mes mots. Faut être con ou inexpérimenté dans l’illégalité, pour braquer un magasin dont la caisse est forcément vide puisque neuve …

Mais au lieu de sortir une arme de sa poche intérieure, le type écarte le pan de son manteau avec toute la délicatesse du monde. Je remarque alors pour moi-même que de toute façon il n’est pas équipé pour me braquer, il n’a pas de masque sur le visage. Alors soit il est vraiment nul dans son job, soit il a l’intention de me tuer après avoir fait son taf. Mais ce que je vois apparaître entre ses doigts n’est pas le canon d’une arme quelconque, et je ne pourrais croire qu’il a l’intention de me voler en me menaçant avec ce qu’il tient dans sa main. Minuscule, blanc comme neige, le museau observer autour de lui.

- Mais qu’est-ce que …

Je sors de derrière mon comptoir sans me précipiter, ne quittant désormais plus le chaton des yeux. Des oreilles minuscules, une truffe toute rose et une tête toute ronde … Ce petit bout de chat n’est même pas sevré.

- Pauvre petit ! Où l’avez-vous trouvé ? Il est bien trop jeune !

Je m’avance vers lui pour mieux observer la minuscule boule de poils entre ses mains. Tout blanc, avec juste une tâche sur le crâne. Pauvre petit, où peut donc être sa mère alors que ce bébé est tout seul dans les mains d’un être humain ?

Code de Joy, images de Joy
Revenir en haut Aller en bas
Edward Schepper
avatar
Messages : 109


Vice-principal

Il faut sauver le soldat Chaton

MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Chaton Mon 2 Oct 2017 - 10:29
image of the character
Il faut sauver le soldat chaton
feat. Kaylan Rhett
(╯°□°)╯︵ ┻━┻


Jamais deux sans trois.

Edward s'était promis qu'à deux chats dans sa maison, il n'y en aurait plus d'autre. Deux c'était déjà bien, il les rendait heureux, les gâtait, dépensait des fortunes pour leur confort et leur santé. Et pourtant là, alors qu'il se retrouva face à un petit chaton tout sale et malade dans un carton, il n'avait pu se résoudre à le laisser à une mort certaine... Il n'était même pas sûr en le ramassant de pouvoir le sauver, vu dans l'état qu'il était. Mais il allait essayer.
Une fois le petit chat blanc attrapé dans une ruelle humide et sale du village, Edward l'avait amené au vétérinaire. Les premiers soin vaccin lui furent administrés. Et aprés un bon nettoyage, même si le chaton semblant encore tout faible et maigre, le vétérinaire, assura qu'il pouvait s'en sortir. Il fallait juste s'en occuper précieusement. Et c'était ce que le Vice-principal fit les deux premiers jours qu'il avait en sa possession Soldat. Oui ce fut son prénom. Un vrai petit soldat qui avait lutté pour sa survie.
Quand Soldat fut un peu plus confiant et moins tremblant, Edward décida de l'amener dans une animalerie pour lui acheter des accessoires. Philibert et Noisette avaient les leurs, c'était au tour de Soldat.
Vu qu'il n'avait encore rien pour le transporter et que le chaton hurlait à la mort quand Edward l'avait mis dans un des transporte-chat qu'il avait en sa possession, le brun avait décidé de le porter sur lui, dans ses bras. Où Soldat ronronnait de plaisir. Ce ne fut pas forcément évident de conduire avec un petit bébé sur lui, mais ils arrivèrent sans casse au village.
Dehors, il pleuvait, alors Edward cacha son chat son sa veste. Il marcha d'un pas pressé jusque la boutique, avant d'en ouvrir la porte.
A peine eut-il sorti le petit chat de sa veste que le vendeur s'approcha de lui pour observer sous toutes les coutures Soldat.
Edward fronça les sourcils.

« C'est une drôle de manière d'accueillir les clients. »

Il soupira avant d'expliquer la situation.

« Je l'ai trouvé il y a deux jours, dans une ruelle, à moitié mort. Je l'ai recueilli et le vétérinaire l'a bien arrangé. Par contre oui, il n'est pas sevré. Je dois lui donner le biberon pour le nourrir vu qu'il ne veut rien avaler d'autres pour le moment... »

Il se recula du vendeur et le contourna pour voir ce qu'il avait dans la boutique. Qu'est-ce qui pourrait bien faire plaisir à son cher petit Soldat.

« Qu'avez-vous à me proposer pour lui ? Je ne veux pas de sous marque, je suis prêt à mettre le pris pour son confort. »

Par Cheshire Cat pour Epicode


Ne vas pas aller sur ce spoiler !

Spoiler:
Ne clique pas

Spoiler:
Tu ne sais pas lire? Retire ta souris de là !

Spoiler:
Tu ne sais vraiment pas obéir

Spoiler:
Ne clique pas !

Spoiler:
Je t'avais dit de ne pas cliquer....
Revenir en haut Aller en bas
Kaylan Rhett
avatar
Messages : 31
Age : 23
Emploi : Etudiante


vendeur animalier

Il faut sauver le soldat Chaton

MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Chaton Fri 6 Oct 2017 - 20:37


Bienvenue dans mon monde


Par expérience, je sais qu’un chaton hors sevrage entre les mains d’un humain n’est pas synonyme de belle histoire d’amour. Des chatons non sevrés sans leur mère sont soit le malheureux résultat d’une femelle décédée dans diverses situations, soit le vol d’un bipède à la gente féline pour le petit plaisir d’une imprégnation perverse de l’animal à l’Homme. Hors ce qui m’intéresse en priorité ici, c’est de savoir où est la maman de ce petit bidule sans défense. Pourtant, le mec en face de moi semble prendre mon intérêt pour sa bestiole d’un mauvais œil, alors qu’il me semble faire juste mon boulot.

- Théoriquement, mon client est entre vos mains. Vous n’êtes que son banquier, en entrant ici …

J’esquisse un sourire taquin pour faire semblant de plaisanter, comme je dois le faire en tant que vendeur. J’affiche toujours une mine qui se veut amicale parce que c’est là l’idée principale de mon métier. Mais je n’en pense pas moins ce que je dis, et ce malgré mon regard qui refuse de se fixer sur le visage ou dans les yeux de mon interlocuteur. Je continue de regarder la petite bête, parce que mes semblables n’ont jamais su capter mon attention sans me rendre mal à l’aise alors que le reste des espèces vivantes a davantage tendance à me passionner dès notre première rencontre.

- Normal, il a à peine trois semaines votre petit machin. Il est loin d’avoir le système digestif assez fort pour supporter la digestion du solide, à l’heure qu’il est. Vous avez ce qu’il vous faut en lait maternisé ? Vous en avez encore pour au moins deux semaines à le biberonner mais le plus dur est derrière lui.

Je pourrais bien lui faire une thèse orale sur la nourriture du chaton, mais aussi sur les neurosciences et je pourrais même le gratifier d’un cours gratuit sur le développement physique et psychologique de la petite créature qu’il tient entre ses mains. Pourtant, sans voir son visage, je perçois par ses attitudes qu’il n’est pas très ouvert à la conversation. Il semble savoir ce qu’il fait, pourquoi il le fait, et ne pas souhaiter recevoir de leçon d’un « jeunot » comme moi. Alors je tourne sur moi-même lentement pour l’observer qui se balade dans la boutique à la recherche d’un matériel divers et varié pour son chaton.

- A cet âge-là, hormis un nid douillet, des bouillottes et du lait, je doute que vous ayez vraiment besoin de grand-chose.

J’observe mes propres étalages, me demandant ce qui pourrait lui manquer pour le sauvetage de cette petite créature innocente mais non, à part la chaleur et le lait, j’ai beau chercher, un chaton n’a besoin de rien. Finalement je m’approche du comptoir de caisse pour trifouiller dans les rayonnages spécialisés du chat et je sors une petite tente duveteuse rembourrée et cotonneuse, que je présente à mon client d’un air professionnel tout en essayant de capter son regard pour lui montrer ma trouvaille. Si vraiment monsieur veut le luxe du luxe pour son nouveau petit trésor, j’ai sûrement ce qu’il lui faut.

- Maintenant si vous voulez anticiper tout de suite pour sa croissance, vous pouvez déjà lui installer ça pour qu’il puisse se tenir au chaud. En grandissant il sera déjà habitué à l’odeur et à la matière, il s’y sentira en sécurité. Vous pouvez investir dans des tunnels et des tentes en toiles comme ceux-ci pour qu’il se défoule, et si vous voulez taper dans le haut de gamme, j’ai pas mal d’arbres à chats de différentes tailles avec plus ou moins de cachettes selon vos préférences. Mais à savoir qu’il n’ira pas dedans avant quelques semaines. Pour l’instant il a d’autres priorités.

Ca, c’est tout moi. Quand je commence à parler chien ou chat, je ne suis plus capable de m’arrêter. Je blablate, je blablate, et ma voix ne semble plus pouvoir tarir alors qu’en temps ordinaire je suis capable de ne pas décrocher un mot pendant de longues heures. Je tiens toujours mon tipi molletonné dans la main tandis que j’observe le chaton avec insistance, tout en captant du coin de l’œil toutes les attitudes du client pour m’enquérir de ce qu’il cherche ou de ce qu’il ne veut surtout pas. Je prépare déjà la suite de mon speech, analysant l’homme pour savoir si je lui présenterais gamelles ou laisses …

Code de Joy, images de Joy
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Adams :: Le village St-Adams :: Quartier commercial :: Au Canin malin-