Kaylan Rhett
avatar
Messages : 31
Age : 23
Emploi : Etudiante


vendeur animalier

Première impression

MessageSujet: Première impression Tue 19 Sep 2017 - 18:26


Bienvenue dans mon monde


J’enfile par réflexe ma veste aviateur molletonnée, avant de m’immobiliser un instant pour réfléchir. Ouais, non. Je la retire, la balance machinalement sur le dossier d’une chaise, et attrape mes clés pour quitter mon appartement. Je le referme derrière moi, descends les escaliers qui séparent mon chez moi de mon lieu de travail. En bas, la lumière s’allume par phases lorsque j’active les interrupteurs. D’abord les néons muraux, puis les luminaires qui trônent au milieu pour éclaircir l’espace. Sur ma gauche, un mur réservé aux rongeurs qui prête un deuxième tiers aux oiseaux et son troisième aux reptiles.

Je m’approche, redresse une maisonnette pour lapin, en bois naturel. Les motifs colorés m’intriguent. Je me demande si ce matériel est fait avec des produits non toxiques. En tout logique, oui. Mais même les plus connaisseurs n’est pas à l’abri de se faire pigeonner par un fournisseur peu scrupuleux. Sur le mur d’en face, une vitrine où j’ai placés astucieusement un coin canin, un arbre à chat, une jolie cage à lapin toute équipée et un aquarium illuminé pour attirer la clientèle. Sur ma droite, au centre de la pièce, l’enclos de mes trois lapins qui sont davantage là pour tester le matériel qu’autre chose.

Derrière eux, un rayon dédié aux poissons et sur leur droite, celui des reptiles. Et sur le mur complètement à ma droite, sont placés les deux rayons les plus importants de ma boutique : chien et chat. Je ne vends pas d’animaux ici. Trop soucieux du bien être animal, je n’ai pas souhaité être le passeur de bêtes malmenées durant leur plus jeune âge par des soit disant éleveurs peu scrupuleux ou des grossistes sans états d’âmes. Je préfère vendre du matériel de qualité et conseiller mes clients, tout en attirant l’œil grâce à mes trois compagnons aux grandes oreilles et au poil soyeux.

- Murphy, Joey, Kim, comment ça va, ce matin ? Prêts pour accueillir les clients ?

J’observe la petite lapine tricolore se nettoyer soigneusement les pattes antérieures alors que Murphy, au marquage hollandais noir, cherche à monter le plus haut possible pour venir à ma rencontre par les divers attraits qui occupent leur espace de vie. Je souris à leur intention seule, puis je me dirige vers le comptoir pour attraper un sachet de légumes dans un petit frigo d’appoint, et je les rejoins rapidement pour les servir en endives et autres céleris branche. Je dépose une caresse amicale sur chaque petite tête poilue avant de les laisser à leur occupation favorite, puis je vais déverrouiller la porte d’entrée.

Commence alors la longue attente du nouveau vendeur animalier du quartier. L’attente des clients, sans savoir si les prospectus déposés dans les boîtes aux lettres quelques semaines auparavant auront donné l’effet escompté. Mais si les villageois ne se bousculent pas devant la porte vitrée j’ai quand même bon espoir : je suis la première boutique pour animaux, du village Saint Adams. Et même si les femmes sont maudites dans ce patelin, vous n’imaginez pas le nombre d’hommes qui peut posséder un animal chez lui, ne serait-ce qu’un chat ou un poisson rouge. J’allume mon ordinateur, prépare la caisse.

Bientôt, mes vœux s’exaucent : un brun à l’air mutin pousse la porte de ma boutique. Je lui lance un regard franc quoique tenté de détourner le regard par réflexe. J’essaie d’esquisser un sourire amical, mais je sais que mon visage demeure immobile, sans aucune trace de sympathie. C’est ainsi que je suis : à tirer la gueule en permanence, même lorsque j’essaie d’afficher une émotion quelconque. L’on m’a toujours dit que j’avais l’air boudeur. Et j’ai cessé de compter le nombre de fois où l’on m’a demandé « bah qu’est-ce que t’as à faire la gueule ? » alors que j’étais simplement dans mes pensées …

- Bonjour monsieur, et bienvenue au Canin Malin !

Code de Joy, images de Joy
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Evans
avatar
Messages : 67
Emploi : Assistant vétérinaire


Master Soins Animaliers

Première impression

MessageSujet: Re: Première impression Thu 28 Sep 2017 - 17:12

Le paradis des toutous !





« Yo ga akeru mae ni tabidatou, mada minu ashita wo mukae ni ikou,
sou kimeta koto kui wa nai… Oh I know what I'm supposed to do ! »



Je dévale les escaliers de mon immeuble, écouteurs dans les oreilles en chantant l’opening d’un de mes mangas favoris, puis, saute les deux dernières marches des escaliers, tandis que la batterie s’enchaîne et vrille mes tympans. Arrivé à la porte, je l’ouvre d’un coup d’épaule et étend les bras en croix, alors que la musique touche à sa fin. Essoufflé, je glisse mes mains dans mes poches, pris d’un petit fou rire. Je salue Monsieur Du Pré, un vieux monsieur un peu pervers sur les bords, chaussé de ses charentaises qui rentre de ses courses. Je lui tiens la porte, alors qu’il me fait un clin d’œil en m’annonçant que je ne chante pas si mal. Je le remercie et bifurque dans la rue d’à côté, passant par le portail annexe, bien décidé à aller faire du shopping, aujourd’hui. Mon salaire vient tout juste de tomber et au vu du petit pactole que je viens de recevoir, j’ai bien envie de faire tout un tas de folies ! En plus, aujourd’hui, c’est un jour de repos, tant pour les cours que pour le travail…Je peux donc passer la journée à trainer dans les rues à la recherche de la moindre petite merveille, susceptible de me faire ouvrir mon porte-monnaie !

Je parcours le trottoir en continuant de chanter à tue-tête, ignorant les regards amusés de mes compagnons bipèdes. Soudain, je distingue au coin de la rue, le bus qui peut me permettre d’arriver plus vite au centre-ville. Je suis encore loin de l’arrêt et il ne semble y avoir personne qui l’attende à ce niveau-là. Sans attendre, je me mets à courir le plus vite possible, tapant le sprint le plus rapide de toute mon existence. Arrivant à la hauteur de l’arrêt de bus, je lève le bras pour faire signe au conducteur. Ce dernier freine in-extremis, dépassant bientôt l’arrêt. Au bord de l’évanouissement – parce que je n’ai pris qu’un chocolat chaud pour le petit-déjeuner -, j’entre dans le véhicule et présente mon titre de transport. Ballotté par les secousses du bus qui n’attend pas que je sois installé pour reprendre sa route, je m’écroule sur le premier siège qui se présente à moi, et reprend mon souffle en observant le paysage défiler sous mes yeux. Au bout de vingt minutes, j’arrive finalement dans le centre-ville et me rend dans le centre commercial, commençant déjà à faire les magasins. Je dépense çà et là mon si précieux argent, ayant déjà payé mes factures et m’arrête au troisième étage, pile à l’endroit où j’avais croisé ce type vachement vulgaire qui m’avait insulté…Tout ça parce que mon chien avait voulu lui faire la fête. Outré, j’avais rapidement passé mon chemin, m’excusant au passage et craignant d’être tombé sur un jeune homme schizophrène, porteur de la malaria. Pauvre Moki…Je hoche gravement la tête et quitte finalement le centre commercial, me souvenant que mon animalerie préférée sur internet, avait enfin ouvert dans la ville !

Cela serait plus facile pour moi d’acheter de produits et bien moins cher. Avoir les frais de port en moins et pouvoir s’assurer de la qualité des produits – rarement mauvaise – c’était extrêmement important. En plus, je crois que le créateur était vachement sympa, dans mes souvenirs ! Sans attendre, je parcours les rues de la ville, mon téléphone en main avec l’adresse de la boutique notée sur le site internet de l’animalerie. Au bout d’un quart d’heure, j’arrive enfin à destination et reste planté sur le trottoir, observant la bâtisse d’un œil émerveillé. Et bah, il s’est bien réussi, celui-là ! Rangeant mon portable, je rajuste mon sac à dos en tirant sur les deux lanières réglables et pousse la porte de la boutique. Je souris légèrement en entendant la petite clochette tinter à mon entrée et laisse la porte se refermer derrière moi. Mon regard court bientôt sur les différents étalages lorsque soudain, une voix s’élève dans la boutique.


« Bonjour monsieur, et bienvenu au Canin Malin ! »


Derrière le comptoir, se trouve un jeune homme aux cheveux rouges et un air plutôt placide sur le visage qui, je crois, tente de se donner un air assez amical. Ni une ni deux, je marche à grand pas en sa direction, tout sourire.


« Bonjour ! Cette boutique est super géniale ! Félicitations ! Dire qu’avant, elle était sur internet ! Vous en avez fait du chemin ! Je suis l’un de vos premiers clients ? »


 
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Kaylan Rhett
avatar
Messages : 31
Age : 23
Emploi : Etudiante


vendeur animalier

Première impression

MessageSujet: Re: Première impression Sat 30 Sep 2017 - 21:55


Bienvenue dans mon monde


Dehors, le ciel est grisâtre et je devine que la température n’a rien d’enviable à l’hiver. L’automne s’installe peu à peu dans les rues de Saint Adams et bientôt, les chiens les moins chanceux ne seront plus condamnés qu’à aller pisser dans leur jardin jusqu’au retour des beaux jours, dans trois ou quatre mois. Je plains ces animaux qui n’attendent que l’occasion de partager du temps avec leurs familles, quand ces dernières ne les considèrent pas plus que des meubles mouvants tout juste bons à être jolis lorsque des visiteurs passent le seuil de leur porte. Tout au plus ont-ils alors le rôle d’attraction.

Je me bats sur un autre front que mon animalerie sans vente de vivant, pour rendre obligatoire le passage d’un examen avant l’obtention d’un animal domestique. C’est bien beau de passer des certificats de capacités pour les animaux exotiques, mais en quoi les chiens et les chats n’auraient-ils pas droit au même traitement ? Pourquoi ne devrions-nous pas connaître aussi bien ces prédateurs que nos lézards captifs ? Je continue de fixer le garçon dans les yeux en attendant qu’il me rende mes salutations, comme tout bon client est sensé le faire lorsqu’il entre dans une boutique quelconque.

Sa réaction ne se fait pas attendre plus d’une fraction de seconde : le voilà qui se précipite presque vers moi, tant et si bien que j’ai l’impression qu’il va me sauter dans les bras. Je m’apprête à reculer, poussé dans mes retranchements par son attitude intrusive, mais je me rappelle que je suis sur mon territoire et que si quelqu’un doit faire un pas en arrière, c’est bien lui. Par réflexe, je me redresse davantage, lui faisant face avec assurance tandis qu’il commence déjà à parler. Sa voix, pleine de vie, éveille en moi un instinct primal que je réprime à chaque rencontre que je fais : l’envie de lui faire fermer sa gueule.

- Oh vous connaissiez mon site ? C’est vrai, c’est une sacrée étape d’avoir ouvert ma boutique. Vous êtes mon tout premier client, pour tout vous dire.

A sa mine radieuse, je devine qu’il est enchanté d’être le premier maillon de cette nouvelle chaîne que j’entame aujourd’hui. Je reste silencieux quelques secondes, observant ses attitudes, sa communication corporelle. Le genre enjoué, énergique, qui ne s’arrête jamais. Un homme qui a besoin de contacts et qui ne sait pas où sont les limites, capables d’aller jusqu’à les enfreindre sans vergogne tant son ignorance est grande. Je passe en revue mes connaissances cynophiles. Si je devais lui vendre un chien, je lui confierais un Berger Australien ou un Border Collie. A condition qu’il connaisse les chiens.

- Vous cherchez quelque chose en particulier ?

Je reste malgré tout derrière mon comptoir, comme si je m’efforçais de maintenir entre lui et moi une distance de sécurité. Distance dont j’ai besoin d’autant plus qu’il semble enclin à briser les barrières sans aucune gêne. Je l’observe d’un œil critique et ce, de manière permanente. Je donne parfois l’impression de trop fixer les gens, de peut-être les juger. Mais je ne fais que lire, observer, analyser pour mieux comprendre. Le commun des mortels ignore à quel point le corps est important pour quiconque veut en savoir davantage sur une personne. Ils se contentent d’écouter et répondre, la plupart du temps.

Je jette un œil dans la boutique en même temps, cherchant un détail qui pourrait gêner, quelque chose que j’aurais oublié de ranger et dont il me faudrait détourner le client. Mais j’ai bien préparé ma première journée, tout est en ordre et rien n’attire mon attention plus que nécessaire. L’un de mes lapins saute du sol jusqu’au sommet d’un attrait, mais l’habitude de les voir faire n’attire plus mon attention sur toutes les frasques lapinesques même si je me délecte toujours autant de les observer lorsque la boutique est vide. Cependant pour l’heure, le garçon a toute mon attention pour lui.

Code de Joy, images de Joy
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Evans
avatar
Messages : 67
Emploi : Assistant vétérinaire


Master Soins Animaliers

Première impression

MessageSujet: Re: Première impression Fri 13 Oct 2017 - 23:55

Le paradis des toutous !





J’ai toujours été de ceux qui ne savaient pas où se trouvaient les limites à ne pas dépasser, à constamment les outrepasser, sans même m’en rendre compte. Tactile, j’ai besoin de toucher, plus que d’observer et d’être proche de mes semblables. Je suis un immense émotif qui ne se sent que pleinement vivant lorsqu’il est entouré des autres membres de son espèce. Quoi de plus normal, alors que l’être humain est un animal social ? Le besoin de Cité est ancré dans ses gênes depuis la nuit des temps. Contrairement à certains grands fauves qui passent la plupart de leur existence à parcourir leur territoire seuls, l’Homme se réuni en une grande communauté et fonde des villes toujours plus conséquentes les unes que les autres. Il parsème de bitume la nature nourricière, transforme son environnement et le façonne à son image. A force de ne pas vouloir finir seul, il se réuni en groupes de plus en plus gros, colossaux parce qu’il ne se sent en sécurité que lorsqu’il est entouré de ses semblables. Comme une mauvaise herbe ou surtout, comme un champignon, il empoisonne les autres espèces pour finir par les asservir et modifier leur mode de vie. Dans une certaine mesure, je suis ainsi.

J’ai le constant besoin d’être entouré et de savoir que mes amis sont à mes côtés. De pouvoir les toucher, parfois, les faire rire pour rester persuadé qu’ils tiennent encore à moi. C’est ainsi, c’est ancré en moi et je ne pourrais jamais véritablement m’en débarrasser. Je ne connais pas encore très bien le vendeur, qui je crois, se nomme Kaylan. Mais, je me sens déjà proche de lui grâce à son site qu’il fait fructifier depuis un petit moment déjà. Je me considère comme l’un de ses tous premiers clients et j’estime que l’ancienneté fait de moi, un être qui pourrait devenir « important ». Je me sens fier d’être témoin de l’évolution de son animalerie. Passer d’un site internet à une boutique en chair et en os ou tout du moins, en métal et béton, ce n’est pas rien ! J’aurais presque envie d’ébouriffer les cheveux rouges du jeune homme pour le féliciter. Toutefois, je vais m’abstenir. Même à moi, le plus intrusif des hommes, il me fait l’effet d’un molosse dangereux qui ne veut pas être approché. Message reçu presque cinq sur cinq. De toute manière, j’ai toujours mieux compris les animaux que les humains, c’est un fait.

Je termine mon avancée joyeuse jusqu’au comptoir et y plaque mes mains, arborant un immense sourire qui s’étire de mon oreille gauche à mon oreille droite. Je suis profondément heureux de pouvoir assister à l’ouverture de cette animalerie, imaginant déjà tous les achats que je vais pouvoir y faire ! Je pourrais offrir des jouets des plus sophistiqués à Vador et Moki et de nouvelles décorations pour bocal à Bubulle, voire un plus grand aquarium où il pourra…pourquoi pas, se marier à Madame ou Monsieur Bubulle ! Bubulette ou Bubulo…ça, ce sont des noms qui déboitent ! Je ricane, ne remarquant pas le léger mouvement de recul que Kaylan arbore avant de finalement bomber le torse, tel une proie qui se sentirait soudainement attaquée. Fronçant les sourcils et dans le doute, je me redresse et cesse de prendre possession du comptoir, fourrant mes mains dans mes poches. Parce qu’après tout, elles sont incapables de rester en place, celles-là, alors, autant les ranger, n’est-ce pas ?


« Oh vous connaissiez mon site ? C’est vrai, c’est une sacrée étape d’avoir ouvert ma boutique. Vous êtes mon tout premier client, pour tout vous dire. »


Je souris en coin et fini par ricaner aux paroles du jeune homme. Bombant le torse à mon tour, je laisse entrevoir une lueur de fierté dans mon regard et observe le rougeau, débordant d’excitation à l’idée de pouvoir découvrir en long et en large, cette toute nouvelle boutique qui, j’en suis persuadé…fera fureur ! Il ne peut pas en être possible autrement. Après tout, c’est la seule et unique boutique en ville. Soudain, une idée de génie me vient en tête ! Justement ! C’est la seule ! Pourquoi ne pas proposer un partenariat avec la clinique vétérinaire ?! Kaylan pourrait devenir le principal fournisseur de la clinique en tout ce qui concerne la nourriture et le confort des animaux qui sont en convalescence et en échange, on lui ferait de la pub, accrocheraient des affiches sur la vitrine et proposeraient même ses cartes de visite ! Je suis sûr que c’est une idée de génie et que le vétérinaire accepterait, à coup sûr !


« Vous cherchez quelque chose en particulier ? »


Je souris en coin, ricanant de plus belle. Attends de voir l’idée de génie que je viens d’avoir… !


« Bien sûr que je le connais ! C’est le repère parfait de toute personne respectueuse des animaux et désirant n’acheter que des produits pour eux ! Je fus d’ailleurs enchanté de voir que vous ne vendiez aucun animal. Votre boutique…c’est l’avenir ! Et alors la prochaine, ça sera quoi ? En ouvrir plusieurs d’en d’autres villes ?! Rien de mieux pour étendre vos convictions, sur lesquelles je vous soutiendrai à coup sûr ! Au fait…Je suis assistant vétérinaire…Et je viens de me dire que ça serait génial pour vous d’avoir un peu de pub ! Pourquoi ne pas imprimer des affiches et des cartes de visite que vous nous donnerez et que nous remettrons aux clients ? En plus de devenir notre fournisseur principal en tout ce qui concerne laisses, colliers, paniers et surtout…nourriture ! Je suis sûr qu’ainsi, vous étendrez le nom de votre boutique et vous vous ferez connaître grâce à nous, en démontrant la qualité de vos produits ! Et franchement, une clinique vétérinaire qui défend vos idées d’animaleries sans vente d’animaux…C’est le pied, non ?! Et je suis sûr que mon employeur acceptera avec joie ! »


Je souris de toutes mes dents et observe Kaylan, trépignant presque sur place en attendant avec impatience son avis sur mon idée. A coup sûr qu’il trouvera que c’est la meilleure du monde ! Et puis, soudainement, je me souviens pourquoi j’étais venu ici au préalable ! Pour refaire mon stock de croquettes et acheter à chacun de mes petits compagnons à écailles, et poils, un petit cadeau !


« Ah oui, c’est vrai ! Il me faut des croquettes, de la litière et des jouets pour Bubulle, Vador et Moki ! J’ai failli oublier ! »



 
©️ 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Adams :: Le village St-Adams :: Quartier commercial :: Au Canin malin-