Aaron Blair
avatar
Messages : 13
Age : 23


Master Psychologie

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 15:10

Nom
Blair
Prénom
Aaron
Âge
20 ans
Classe
Master en Psychologie
Groupe
Outsider
Club
Musique & Natation
Métier
X
Nationalité
Anglo-Espagnole
Sexualité
Homosexuel
Avatar
Riku Kurose
– Ten Count
Goûts
Passionné de natation et de piano, ces deux éléments sont toute ta vie à tes yeux. Tu as besoin d’eux pour te sentir vivant, te sentir exister.

Pour le reste, tu n’es pas très difficile. Tu aimes manger, découvrir de nouvelles choses. Il est compliqué de trouver quelque chose qui t'insupporte réellement.
This is who I am.


My body.  


Une poupée de cire, voilà ce que tu es.

Beauté suggestive pour les uns ou simplement invisible pour les autres : en tous les cas, pour toi, ton apparence physique n’a qu’une moindre importance.

Pour les autres toutefois, il semblerait que cela ait un intérêt. C’est ce que tes parents n’ont cessé de te répéter depuis ton plus jeune âge. Quand on dispose d’un nom comme le tien, il faut savoir prendre soin de soi, il faut apprendre à bien se présenter en société. Tu as une image à défendre, une opinion positive à inspirer chez autrui de par ta seule présence dans une pièce. Alors en bon garçon bien docile, tu as toujours suivi les directives de père et mère. Tu n’as jamais cherché à y déroger, qu’est-ce que tu y gagnerais outre des remontrances de la part de ceux que tu aimes ou bien amener la honte sur votre famille ? Rien.

Toujours est-il que ton corps, tu ne le regardes pas vraiment. Il ne t’intéresse pas. Il intéresse les autres peut-être, oui. Néanmoins pour toi, c’est le cadet de tes soucis. Lors de la dernière visite médicale, l’infirmier a pris tes mensurations. 1m87 pour 75kg. Tu es plutôt grand, et c’est peut-être cet élément qui fait que tu ne passes pas totalement inaperçu malgré tous tes efforts pour cela en fait. Ceux qui ont eu la chance de te voir nu – Ou à défaut, en maillot de bain – peuvent également attester de tes épaules développées ainsi que de tes muscles légèrement dessinés. L’avantage d’être un grand adepte de la natation, dirons-nous. Pour le dire rapidement, ta corpulence est à peu près dans la norme des autres garçons de ton âge.

D’autre part, tu dois bien admettre que tu n’as pas la peau claire ou pâle de tout bon petit Anglais qui se respecte. Ta mère est d’origine Espagnole, aussi cela explique ton teint coloré, légèrement halé. En fait, tu ressembles énormément à ta douce maman –  En version masculine s’entend. Et cette peau en manque de soleil, tu l’entretiens, afin d’en préserver la douceur. Sois fier de qui tu es, jeune homme. Tu n’es pas désagréable à regarder. Quel dommage que tu cherches à te cacher…

Venons-en à ce que tous regarderont chez toi mais que tu aimerais cacher cependant : ton faciès. Tu es pourvu d’un visage anguleux surplombé du long nez, aussi droit et fin que celui du patriarche Blair. Ta chevelure est châtain foncé, paraissant souvent brune lors des longues journées pluvieuses. Elle est lisse, brillante. Douce en raison de son entretien scrupuleux, elle retombe légèrement dans ta nuque. Selon ta mère, tes cheveux sont un peu trop longs d’ailleurs : tu devrais les couper, en particulier pour raccourcir cette frange qui cache tes yeux, dont la vue est légèrement obstruée par quelques mèches éparses. Néanmoins, toi, ça te va bien que tes yeux soient ainsi camouflés. Il est plus facile de fuir ou d’ignorer le regard d’autrui quand on ne le distingue pas forcément bien du premier coup d’œil. En parlant de tes yeux justement, c’est certainement la partie de ton corps que tu aimes le plus. De grands yeux vert tendre en amande, allongés sur le coin externe. Un regard hypnotique, intense… Que beaucoup considèrent aujourd’hui comme éteint. On dit que tu as le regard vide. D’ailleurs, c’est ce que tu sembles être au premier abord : inexpressif. Tes traits si doux ont l’air crispés, tendus. Voir un sourire ourler tes lèvres fines tiendrait du miracle ! Néanmoins pour toi, il est plus simple d’avoir l’air impassible et éviter les interactions trop longues avec d’autres personnes plutôt que d’être potentiellement amené à être blessé par difficulté de communication. Cette expression qui te colle au visage et te donne l’air d’être hautain, toi, tu sais qu’il est surtout empli de mélancolie… Et de peur.

Si seulement tu pouvais juste oser.

En dehors de la tenue scolaire de Saint Adams dont tu prends grand soin, tes vêtements sont très sobres, passe-partout. Le plus souvent, tu portes des couleurs ternes, potentiellement rehaussées de blanc. Loin d’être frileux, tu porteras parfois des vestes en plein Hiver, mais jamais de pull. Tu préfères par ailleurs que tes vêtements aient des coupes près du corps : question d’habitude. Ça te fait du bien d’avoir des vêtements proches de ton corps. Tout comme tu aimes serrer quelque chose contre toi quand tu es anxieux. D’une certaine façon… Ça te rassure.

Pour finir, un élément essentiel et capital de ton physique selon toi : tes mains. Elles sont ton plus précieux atout. Grandes, chaleureuses, c’est à travers elle que tu t’exprimes le plus. Que ce soit par le toucher vis-à-vis d’autrui, ou bien pour laisser glisser tes longs doigts de pianiste sur ton instrument de prédilection. Sans elles, tu aurais l’impression de ne pas exister. Et à ton poignet droit est constamment accrochée ta montre, cadeau de ta mère pour ton admission à Saint Adams quand tu as terminé le lycée.

En somme, si l’on devait te décrire en une phrase,
elle ne serait autre que celle-ci :

« Sois beau et tais-toi, Aaron. »




My heart.  

Mh, peut-être que ce serait le moment de dire que tu es muet, Aaron ?

Ou plus précisément, tu es atteint de mutisme progressif. Tu es parfaitement en capacités de parler, tes cordes vocales fonctionnent à merveille, mais rien à faire : rien ne passe la barrière de tes lèvres. Tu ne parles plus du tout, à personne. Pas à voix haute du moins. Ta voix, cela fait des années que tes parents et quelques amis d’enfance ne l’ont plus entendue. Depuis tout petit déjà, tu ne parlais que peu, puisque tu étais très timide et anxieux. Néanmoins, au fur et à mesure du temps et des événements difficiles que tu as traversé, tu as fini par ne plus parler du tout. Les mots sont inscrits dans ta tête, bloqués dans ta gorge… Mais quand tu ouvres la bouche, tu n’arrives plus à verbaliser tes pensées. Tes lèvres bougent, mais rien ne vient résonner aux oreilles d’autrui. C’est là ton plus gros handicap, l’élément qui te donne plus encore envie de fuir le monde.

Alors pour combler ce manque verbal pour communiquer avec les autres, tu as dû trouver d’autres moyens de te faire comprendre. Des parades, des dérobades. Le premier, et non des moindres, est évidemment ton téléphone, que tu ne quittes jamais. Tant et si bien que tu disposes d’une dérogation médicale auprès de l’école pour l’utiliser en cours lorsque tu veux répondre à la question d’un professeur ou que tu es interrogé à l’oral. Grâce à lui, et à l’affreux logiciel de synthétiseur vocal dont il dispose, tu peux discuter avec les gens sans souci. Néanmoins, c’est gênant. La voix qui sort des haut-parleurs de ton téléphone est préenregistrée, loin d’être naturelle. Elle te force à essayer d’esquisser tes émotions sur ton visage pour faire comprendre tes intentions à tes interlocuteurs, ce qui n’est pas sans te faire rougir de ce fait. C’est dérangeant. Tu aimerais t’en passer, mais malgré toi, c’est le moyen le plus simple que tu aies pour communiquer. Lorsque ton téléphone est en charge ou en panne – Oui, ça lui arrive, et ce n’est pas sans te stresser plus encore ! – tu utilises simplement un carnet et un stylo. Un retour aux sources pas si déplaisant que cela au fond.

L’autre élément pour te faire comprendre, c’est la musique. Et plus précisément le piano. Ton avantage se résume en tes oreilles. Tu es doté de l’oreille absolue. Celle qui saurait reconnaître une note, retranscrire sur papier une mélodie dès la première écoute. Un avantage considérable pour un pianiste de ton acabit. Un réel gâchis pour ta mère quand tu lui as dit que tu ne te destinais pas à en faire ton métier. Oui, tu es talentueux. Néanmoins la musique, c’est ta façon de t’exprimer, c’est un peu ton jardin secret. Tes émotions, tu les retranscris via tes doigts, les exprimes sur les touches… Et elles résonnent ensuite autour de toi. Tu n’as aucunement envie de faire carrière. Ce n’est pas ton but de te mesurer aux plus grands pianistes de ce monde. Les concours, quand bien même tu y as longtemps participé, tu trouves cela d’un ennui profond. Cela n’a aucun intérêt pour toi, outre te mettre encore plus de pression que tu ne t’en mettais déjà depuis tout petit. Tu n’y gagnerais rien puisque cela ne te plait pas. Écouter d’autres jouer des partitions apprises sur le bout des doigts sans pour autant mettre de cœur dans leur interprétation… Tu trouves cela dommage. La musique, c’est un art, c’est un état d’esprit. Ce n’est pas une récitation bête et méchante. Alors quand tu veux juste montrer ton état d’esprit, tu joues en compagnie de quelqu’un, quand bien même tu joues plus souvent seul… A moins que tu ne sois observé sans t’en rendre compte ? Quand tu joues, tu rentres tellement dans ton univers que tu ne le réaliserais pas tout de suite.

Ton dernier moyen de communiquer est bien évidemment le plus direct outre le téléphone : le toucher. Tu es très tactile. Tu l’étais déjà étant enfant, mais ton mutisme n’a fait qu’accroître cela chez toi. Tu aimes toucher l’autre, lui prendre la main… Et bien plus encore dès lors que tes sentiments prennent le dessus ou que ton corps a le besoin de s’exprimer.

En parlant de ton cœur, il est brisé. Éparpillé en une myriade d’éclats de verre rougeoyants à tes pieds. Depuis des années maintenant. Pourquoi ? Parce que tu es crédule. Parce que tu as fait confiance trop facilement au premier bellâtre venu te faire la cour. Tu es d’une naïveté navrante, aussi désormais tu essayes de te soigner. Si tu l’étais un peu moins, tu pourrais faire confiance aux gens. Mais de nos jours, il t’est difficile de t’attacher véritablement. Oh certes, tu dois avec quelques amis – Selon la définition du dictionnaire s’entend. Néanmoins ceux que tu as réellement laissé approcher ce cœur si amoché qu’est le tien se comptent sur les doigts d’une main tout au plus. Désormais, tu te méfies, tu as peur d’être blessé à nouveau. En amour comme en amitié, la trahison te fait peur, l’abandon te fait peur…

A croire que tu n’es qu’un condensé de peurs incarnées.

Pour lutter contre ces peurs, tu as deux solutions. Tout d’abord le piano, bien sûr, et ensuite la natation. Elle t’aide au même titre que le piano à te calmer, à passer tes nerfs. Là où le piano retranscrit tes émotions, nager te permet de les évacuer. Là où tu n’arrives plus à crier, tu peux toutefois te fatiguer autant sinon plus en te battant contre l’eau.

Mais ce mutisme n’est pas venu de nulle part : c’est parce que tu es de nature timide qu’il s’est imposé. Tu n’oses pas trop faire ou dire les choses dans la vie. Tu t’inquiètes trop, alors il faut que tu laisses aller ce surplus d’émotions.

Néanmoins, tu n’es pas seulement ainsi. Tu es très curieux, avide de connaissances générales et sur les autres, quand bien même tu as un peu de mal à les approcher. Une fois en confiance, tu es plutôt sympathique et taquin. Dès lors qu’on te connait, on se rend compte qu’un rien peut t’amuser. Tu n’as pas énormément d’amis, mais ils suffisent à ton bonheur. Ca équilibre avec les gens qui ne te supportent pas et réciproquement de ce fait. Sentimentalement parlant, tu es fidèle, bien qu’assez jaloux et possessif.

Enfin, ça, ce serait si tu voulais à nouveau tomber amoureux, bien sûr.




My story.  

Fils unique de la riche famille Blair, ayant fait fortune dans le domaine de la finance il y a des décennies de cela, tu as grandi en plein cœur de Londres. Enfant aimé et choyé, tu n’as jamais vraiment eu à te plaindre de ton éducation ou de tes parents. Bien que rigides sur bien des points en rapport avec leur image de marque à préserver, ils se sont toujours montrés compréhensifs sur ton compte. En particulier sur ta timidité exacerbée.

Tout petit déjà, tu ne parlais pas beaucoup, en dehors de ta famille et de tes quelques amis. Tu étais guilleret et innocent, mais très réservé. Elève brillant en primaire, c’est par la suite que les choses se sont corsées. Malheureusement, tu as pris conscience d’une chose : tu n’avais absolument pas l’esprit scientifique que tes parents attendaient de toi, pour reprendre le flambeau familial à l’âge adulte. C’était un coup dur. Pendant des années, père et mère se sont attelés à te trouver les meilleurs professeurs de Mathématiques de tout Londres pour t’expliquer les rudiments de cette matière. Sauf que rien à faire : tes notes augmentaient à peine – Au moins, elles n’étaient plus catastrophiques, mais elles étaient loin d’être acceptables pour le domaine dans lequel ils espéraient que tu te lances – , tandis que ta confiance en toi-même, elle, dégringolait en chute libre. Tu t’en voulais de mettre tes parents dans l’embarras, eux qui espéraient que tu succèdes à ton père. Pourtant, eux, ils ne t’en voulaient pas. Ils espéraient qu’à la place, tu te déciderais à faire carrière en tant que pianiste. Enfant, tu avais déjà remporté plusieurs concours à Londres, aussi, ils te voyaient déjà comme une nouvelle étoile de la musique.

De ton côté, tu t’en faisais énormément pour ton avenir, commençant petit à petit à te renfermer sur toi-même. Aller en cours était devenu un véritable supplice pour toi, malgré toute ta bonne volonté. Tes amis étaient la seule chose qui t’aidait à tenir le coup, à ne pas craquer. Les professeurs de sciences te lançaient des regards lourds de reproches et de déceptions mêlés… Tu n’aimais vraiment pas ça, tout comme tu ne supportais pas d’entendre leurs sermons et leurs remarques sur tes capacités qu’ils jugeaient sévèrement comme étant « médiocres ». Quoi de plus normal pour des professeurs d’un établissement élitiste ? Cela ne t’empêcha pas de passer les classes comme n’importe quel élève, bien que certaines de tes notes t’accablaient. En vérité, tu te mettais la pression tout seul pour une chose à laquelle tes parents avaient pourtant renoncé de leur côté. Nombre de fois tu en arrivais même à en pleurer… Sous la couette une fois rentré chez toi, ou bien dans les toilettes de l’école…

Afin que personne ne te voie.

Ce petit manège a duré jusqu’au lycée. Tu parlais de moins en moins, et pour ainsi dire plus du tout en cours. Tu te contentais de parler avec tes amis, et encore, tu étais bien moins bavard qu’avant, surtout entre les murs de l’école. L’ambiance te stressait, alors tu n’avais qu’une idée en tête : fuir. Parler le moins possible, t’enfermer dans ta bulle, c’était devenu ton quotidien. Le piano et la natation t’aidaient déjà à évacuer toutes tes peurs résiduelles à cette époque.

Ce fut à tes 16 ans que tu fis la rencontre d’Evan. Un bel homme, qui attira ton regard dès le premier coup d’œil. Pendant de longues semaines, tu l’observas en secret, t’étonnant d’être à ce point fasciné par le corps d’un homme... C’était nouveau pour toi qui n’avait jamais été attiré par qui que ce soit avant. Sauf qu’il a bien vite remarqué ton petit manège et vint t’aborder de lui-même. Tu étais tout gêné, ne sachant où te mettre. Quelques temps après, vous flirtiez. Il t’apprenait cela, lui qui avait de l’expérience là où tu n’étais qu’un petit nouveau en matière de drague. Puis il y a eu les baisers, les caresses, la première relation sexuelle… Il a été ton premier mec, et surtout ton premier amour. Tu n’avais d’yeux que pour lui. Sa présence t’était bénéfique, t’aidait à t’ouvrir aux autres, à parler davantage.

Durant le temps de votre relation, tu t’es découvert très soucieux des autres. Tu le savais déjà, mais tu en as d’autant plus pris conscience à cet instant. Tu aimes les gens, être à leur contact, les écouter, leur parler… Tu t’es réellement découvert empathique, et ce trait de ta personnalité te plaisait. Tu as commencé à songer à étudier la Psychologie. Pour en apprendre plus sur l’Humain et ses mécanismes, afin de pouvoir aider les autres du mieux que tu pourrais, exactement comme ton propre psychologue le faisait afin que tu sortes de ton mutisme sélectif depuis des années. Tu croyais être sur la voie de la guérison, pouvoir aller de l’avant et faire quelque chose de bien pour autrui…

Jusqu’au jour où tu es tombé sur Evan… Dans les bras d’un autre.

Le choc fut rude. Tu as hurlé, couru à en perdre le souffle, pleuré toutes les larmes de ton corps… Avant de t’enfermer chez toi… Finalement, tu as appris que ce n’était pas la première fois qu’il te trompait. Evan n’était pas aussi parfait que tu le croyais. Tu as réalisé que tu l’idéalisais, là où il ne faisait que s’amuser avec toi. Suite à toutes ces découvertes, tes parents ont constaté une chose : tu ne parlais plus. Plus du tout. Ni à eux, ni à personne. Tu t’es renfermé sur toi, plus que jamais auparavant, délaissant la plupart de tes amitiés, ou du moins ceux qui ne se battaient pas pour rester auprès de toi suite à ce coup dur.

Après ça… Tu n’as plus osé reparaître en cours. Tu as passé 6 mois chez toi en dépression, te battant juste pour ne pas ruiner l’honneur de ta famille… Tu étudiais, n’étant plus qu’une coquille vide. Grâce aux professeurs particuliers que tes parents t’ont payé, tu as réussi tes examens avec des notes excellentes, les passant en candidat lire – Outre en Mathématiques, ta Némésis n’ayant pas décidé de t’octroyer sa pitié.

Ton diplôme de fin d’études en poches, tu as passé une année de réflexion, à voir médecin sur médecin, psychologue sur psychologue… C’était dur, mais cela t’a été bénéfique. Tu as pris conscience que ton réel problème c’était d’être tombé amoureux trop vite, d’avoir accordé ta confiance trop facilement sans te méfier. Aussi, désormais, tu tâches d’agir autrement. Le corps médical t’a cependant fait comprendre que tu ne pouvais pas rester ainsi toute ta vie : muet pour cause d’anxiété sociale et perdu professionnellement parlant.

Tu as donc pris la décision de te lancer dans ces études de Psychologie qui te tentaient tant à cœur. D’une part, cela te permettra de mieux comprendre autrui, mais d’autre part, tu es persuadé que ces études t’aideront à te comprendre toi-même, pour t’aider à guérir. Si tu es capable de t’aider toi-même, tu es sûr qu’un jour prochain, tu seras en capacités de le faire aussi avec d’autres. Cette perspective te donne envie d’avancer, envie d’oser… Quand bien même il n’est pas simple de le faire quand on est aussi timide et anxieux que toi.

Par ailleurs, à l’aide de ton psychologue, tu cherches tous les moyens possibles et imaginables pour te sortir de ton mutisme. En un premier temps, tu utilisais un carnet sur lequel tu notais tout ce que tu avais à dire à autrui, puis ce fut le tableau effaceur, jusqu’à une étape qui t’effraie… Le synthétiseur vocal. Très pratique pour communiquer, mais assez angoissant au fond. C’est une voix, oui, mais ce n’est pas la tienne. Puis parler, c’est une façon de se rapprocher des gens, même si tu ne parles pas avec ta propre voix… Donc au fond de toi, tu n’es pas rassuré à cette idée. Quand bien même tu sais que tu dois le faire pour avancer.

Déçus que tu refuses de te lancer dans une carrière de pianiste professionnel, tes parents ont accepté tant bien que mal que tu entames des études en Psychologie, à la seule condition que tu n’étudies pas à distance comme tu l’espérais, mais en cours avec d’autres élèves. Inquiet, tu as fini par abdiquer. C’est ainsi que tu as atterri à St Adams l’année passée. Tes parents estiment grandement ce lieu qu’ils pensent être l’établissement idéal pour t’aider à reprendre confiance en toi et retrouver petit à petit ta voix tout en recevant une éducation exemplaire. La rigueur des lieux les met en confiance.

Le temps te dira s’ils avaient raison ou non…



Credits © JIN - TG


Petites précisions au cas où ♥:

Aaron était très anxieux durant l'enfance et avait peur du regard des autres: il parlait dès peu et était au stade du mutisme sélectif léger. Cela a empiré avec une amélioration lors de sa relation avec Evan. Néanmoins la découverte de la rupture l'a traumatisé et il n'a plus du tout parlé, d'où le stade de mutisme progressif actuellement contre lequel il tâche de se battre. o7
Lien Wikipédia concernant le sujet, pour les curieux ♥
M'woilà, je voulais juste repréciser les choses vite fait ici, de peur que le passage sélectif > progressif perde certains :x
Revenir en haut Aller en bas
Alec Fairchild
avatar
Messages : 162


Master Management International

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 15:17
Bienvenue ! :D Au plaisir de te lire :)
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Lauwrence
avatar
Messages : 412
Emploi : 0


Master en Management et Gestion d'Entreprise
Master en Management et Gestion d'Entreprise

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 15:29
Hello,

Bienvenu à toi.

À la moindre question, n'hésite pas à venir contacter le staff, nous serons heureux de te donner un croissant ... Heu bah apparemment on n'en n'a plus.

Quand tu auras fini ta fiche, vient le signaler ici, pour qu'on te valide
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Blair
avatar
Messages : 13
Age : 23


Master Psychologie

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 16:26
Alec > Merci ♥ Je zieuterais ta fiche aussi ::jteluv::

Nath' > Keument ?! ><
Attends mais je suis venu EXPRES pour les croissants moi ! C'quoi cette publicité mensongère ?! REMBOURSEZ ! *tousse*

Il reste vraiment rien ? éwè

*joueuse continue son caractère en attendant* crazy tap
Revenir en haut Aller en bas
Thalíe A. Spartharís
avatar
Messages : 62


Master Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 16:31
Bienvenue o/ ! Désolé, on a tout mangé avant que tu arrives happy


Andréas débite son anglais en : #4e83bb et marmonne son grec en #f7ab6d

Revenir en haut Aller en bas
Alec Fairchild
avatar
Messages : 162


Master Management International

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 16:34
J'ai tout mangé les croissants restants :D
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Blair
avatar
Messages : 13
Age : 23


Master Psychologie

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 16:38
Thalíe > Merci ♥ ... you dude Nan mais c'est quoi cette bande de morfales ?! ><

Alec > Sad As-tu seulement conscience d'à quel point tu me brises le coeur, Alec ?
Revenir en haut Aller en bas
Devyn Lawson
avatar
Messages : 24


Master Art

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 16:48
Kurose Kuuuun ♥

Je suis une grande fan de Ten Count et j'ai toujours le mouchoir de Shirotani sur moi pan

Welcome :)



   
   
“Le fou copie l'artiste, et l'artiste ressemble au fou.”
©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Blair
avatar
Messages : 13
Age : 23


Master Psychologie

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 18:25
Ouiiiii ♥ Merci ^^

On va bien s'entendre toi et moi Devyn luv

*s'attaque à l'histoire* crazy tap
Revenir en haut Aller en bas
Owen Hamilton
avatar
Messages : 67


Master Criminologie et Sport

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Sun 2 Jul 2017 - 20:58
Ton perso à l'air coool ! J'adore !


Revenir en haut Aller en bas
Aaron Blair
avatar
Messages : 13
Age : 23


Master Psychologie

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Mon 3 Jul 2017 - 0:57
Ow, merci Owen c'est gentil ♥
Ton perso a l'air très intéressant aussi ** Si ma fiche ne pose pas de souci au staff et que je suis validé je viendrais bien te quémander un lien/RP, moi ~ luv

*va donc préciser à l'endroit escompté qu'elle est terminée* 'w'
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael Lauwrence
avatar
Messages : 412
Emploi : 0


Master en Management et Gestion d'Entreprise
Master en Management et Gestion d'Entreprise

Aaron Blair - Etudiant Outsider

MessageSujet: Re: Aaron Blair - Etudiant Outsider Mon 3 Jul 2017 - 1:04
Validation

Ça y est ! Tu es Validé !


Félicitations !! Tu fais maintenant partie des nôtres !

Toutes les zones du forum s'ouvrent à toi et de ce fait, tu pourras commencer à remplir les diverses demandes et autres qui pourront t'aider à mieux t'intégrer parmi nous. A commencer par FICHE DE LIENS. Nous t'encourageons fortement à la remplir, car elle permet de développer rapidement de nouveaux liens et surtout d'en garder la trace.

Pour te trouver un partenaire de rp, ce sont les demandes de ROLEPLAY qui te seront utiles. Plusieurs personnes cherchent déjà des rp bien précis, alors passes y faire un tour pour voir si quelque chose te tenterait, ou pour remplir une demande toi-même.

D'autres demandes peuvent t'être utiles pour élaborer ton jeu, comme les demandes de CHAMBRES, LOGEMENTS & COMMERCES. Parce qu'il faut bien un toit !!

Si tu es un Étranger, la demande de PARRAINAGE t'es obligatoire. Tu devras la remplir afin qu'un élève puisse venir épauler ton personnage jusqu'à ce qu'il soit plus à l'aise.

Pour terminer, si vous n'êtes pas encore tout à fait à l'aise sur le forum, n'hésitez pas à consulter le GUIDE DU FORUM qui vous offre en une page les liens les plus utiles. Il aide souvent à se retrouver rapidement, mais si vous avez toujours des questions, n'hésitez pas à les poser dans la zone des questions & suggestions. Et les RP EN LIBRE-SERVICE pour vous aider à démarrer sur le forum.

(c) Codage par Crimi - Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Adams :: Le bureau des inscriptions :: Album étudiant :: Fiches acceptées-