Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: /YAOI Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Sun 18 Jun - 18:12
Voilà plusieurs mois qu’ Alexeï avait un nouveau colocataire, il avait mis du temps à s’y faire, il était comme un tigre, solitaire, plongé dans le noir dans sa précieuse tanière, indomptable et surtout ronchon, grognant dès que quelqu’un voulait l’embêter. Jean était arrivé par hasard et le blond n’expliquait toujours pas la raison pour laquelle il avait gardé Jean avec lui. Peut être que finalement ça ne lui déplaisait pas tant que ça d’avoir quelqu’un avec lui, surtout quelqu’un qui lui faisait à manger tout les soirs, peut être devrait-il lui proposé un poste de femme de ménage ? Ce serait toujours mieux qu’éboueur, du moins c’est ce qu’il pense.

Depuis ce jour où il avait recueillit le malheureux Jean, Alex avait plus ou moins changé. Tout d’abord il avait finit par accepter le fait qu’il y ait une présence chez lui et cela avait prit beaucoup de temps car il avait finit par arrêté de compter le nombre de fois où il oubliait que Jean était là, ou encore le nombre de fois où il avait fermé la porte à clef, laissant son colocataire enfermé toute la journée, ou encore oublier d’enregistrer son numéro de téléphone sur son portable, quoiqu’il avait finit par le connaître par cœur à force de l’entendre sonner pour prévenir qu’il avait encore fermé la porte alors que le plus jeune dormait.

Mais il avait finit par enregistrer le numéro, à ne plus fermer la porte derrière lui et à mettre 2 assiette au lieu d’une et appris à dire adieu aux plats surgelés ce qui pour sure n’était pas pour lui déplaire, il devait reconnaître que Jean cuisinait vraiment très bien. Cependant il n’était pas non plus souvent là pour partager le repas avec lui, il travaillait dur et la plupart du temps, il rentrait tard et n’avait le temps que de lui dire bonjour avant que Jean n’aille dormir.

Ca aussi ça avait changé, étant donné que Jean était considéré comme un enfant par Alex, celui-ci avait finit par dormir tout les soirs avec lui, bien sur ça le gênait et il n’hésitait pas à lui mettre des coups s’il prenait trop de place, mais il se disait que comme Jean semblait avoir constamment peur de quelque chose, ça le rassurait et il ne l’entendrait pas chouiner toutes les nuits parce qu’il a peur du noir ou qu’il a fait un cauchemar.

Les journées étaient semblables, mais Alex commençait à rentrer un peu plus tôt car son enquête principale prenait fin, et il avait remarqué que Jean était dissipé, que ce soit des morceau de nourriture pas ramassés, des steak trop cuits, les toilettes pas lavées, le blond avait prit l’habitude que tout soit niquel dans son appartement depuis que Jean était là et en ce moment ce n’était plus vraiment le cas, de plus, il sentait Jean couiner et bouger toutes les nuits, signe qu’il devait faire des cauchemars, en plus des cernes qu’il avait sous les yeux le peu de fois où il le voyait.

Il n’avait certainement pas retouché à la drogue, il le saurait, puis il l’avait suffisamment mis en garde contre ça et lui faisait confiance sur ce point, cependant ce qui le gênait ce n’était pas cette pseudo dépression en elle-même, c’était les effets qu’elle avait sur l’état de son appartement. Non pas qu’il n’apprécie pas Jean, mais il devait avouer qu’il avait autre chose à penser que les histoires qui le concernait lui et personne d’autre.
Ce soir là, il son chef l’avait obligé à quitter plus tôt le travail, estimant qu’il en avait fait assez pour aujourd’hui il rentra peu avant l’heure du dîner, autrement dis, 3 ou 4 heures avant son heure habituelle.

Quand il rentra il posa ses affaires, se piqua le bras comme chaque soir puis alla s’installer dans le canapé pour prendre son journal et le lire en allumant sa vingtième cigarette de la journée. Il lit un moment avant de poser le regard autour de lui, apercevant Jean derrière le comptoir de la cuisine.

-Bonjour.

Ce qu’on pouvait dire dans ce qui n’avait pas changer, c’était la froideur dont Alexeï faisait preuve, mais il semblerait que Jean s’y était un peu habitué car il ne lui faisait plus trop de réflexions.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Sat 24 Jun - 11:26
Eibe lui avait de nouveau dit non. Ses sentiments n'étaient pas partagéS et quoique Jean ferait, ca ne serait plus jamais le cas. Et ca faisait toujours mal. Encore plus quand l'homme qu'on aimait était en couple et amoureux avec son petit frère . Et ce petit monde formait une magnifique petite famille que Jean envié.. qu'il aurait aimé avoir, surtout à l'approche de ses trente ans cette année. Qu'est-ce qu'il avait accompli de bien dans sa vie ? Rien. Est-ce qu'il avait réussir à construire quelque chose ? Non. Bref c'était encore une fois la dépression depuis plusieurs mois, même si le punk n'en parlait plus. Il faisait des efforts, essayait de recommencer sa passion qu'était la musique et le chant, travaillait, ne vivait pas dans la rue mais en colocation avec Alexei et... et voilà. Sa vie se résumait à faire semblant maintenant et d'essayer d'éviter de faire culpabiliser Cédric qui était déjà bien emmerdé avec sa maladie. Observer de loin ce petit bonheur auquel il n'aurait sans doute jamais le droit. Après tout, il avait toujours vécu sans une famille, pourquoi en aurait-il une maintenant ?

Jean ouvrit les yeux à cette énième journée qu'il fallait affronter. Il tourna le regard sur le côté ? sur la place vide qu'avait laissé le blond. Parce qu'ils dormaient ensemble depuis ce fameux soir où Jean avait angoissé. Alexei le voyait comme un gamin et ne l'avait pas touché. Alors le punk avait continué à s'inviter dans le lit du policier jusqu'à ce que ca devienne normal qu'ils dorment ensemble. Il n'avait absolument pas peur du blond, aprés tout ce dernier lui avait caresser la tête comme un enfant la dernière fois que Jean l'avait embrassé. A y réfléchir c'était sûrement parce qu'il se sentait seul et pas assez aimé... en manque de baise aussi... mais il avait été refoulé. Ca ne serait pas avec son colocataire. Et tant mieux dans un sens non ? Au moins il n'y avait pas à se méfier du blond.

La journée se passa lentement, comme d'habitude. Jean s'occupa des tâches ménagères, regardant de temps en temps son portable, sans la moindre trace de message. Après Cédric n'arrêtait pas d'affirmer qu'il faisait parti de la famille et pourtant le bleu n'existait plus quand tout allait bien dans la vie du plus jeune.

Le soir venu Jean décida de commencer à préparer à manger pour Alexei. Il ne savait pas à quelle heure il rentrerait, mais en tout cas il aurait son repas tout chaud. Ou à réchauffer dans le micro onde.
A la grande surprise du punk Alexei était déjà rentré. Et comme à son habitude, il snooba Jean. Ce dernier pas en forme et n'ayant pas envie de râler, ne dit rien. Il était beaucoup trop souvent ignoré par le blond, à force il s'y habituait. Mais autre surprise ce fut que Alexei se tourne vers lui pour le saluer. Jean tourna son visage vers lui.

« Salut... bien ta journée ? »

Jean termina de mettre les lardons dans le plat de pâte au four qu'il allait cuir, avant de se tourner vers la vaisselle à faire.

« T'rentres tôt... il s'est passé quelque chose ? Tu t'es fait engueulé pour ton trop grands nombres d'heures supplémentaires ? »

Il savait que Alexei en faisait beaucoup trop pour son boulot, au point de foutre sans santé en danger.  

« Moi ma journée a été emmerdante, comme d'hab'. J'suis pas sorti. Mais tu t'en fous. »Marmonna-t-il plus bas. Alexei en avait rien à faire de sa vie. Du moins son manque d’intérêt et de réactions quand Jean lui parlait, lui faisait penser ca. Et puis il n'était pas d'humeur à faire des efforts ce soir. Si Alexei ne voulait pas être sociale, Jean ne le serait pas non plus.


demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Sat 24 Jun - 13:18
Alex voyait bien que Jean lui cachait quelque chose, il voyait bien qu'il était dissipé, plus que d'ordinaire en tout cas. Il le regarda fixement un long moment, il aimait le regarder, ça, il ne pouvait pas le nier. Il voyait bien ses cernes, son manque d'énergie, le fait qu'il ne sorte pas malgré le fait qu'il n'oubliait plus de l'enfermer et qu'il était définitivement guérit de son poignet et de sa cheville.

-Tu ne sors plus, tu cuisines mal, tu laisses les affaires sales, tu ne fais plus le ménage, et je suis prêt à parier que tu restes toute la journée sur le canapé si je regarde bien la marque de tes fesses dessus, alors qu'est ce qu'il y a ?

Alex ne savait rien des sentiments de Jean, il ne savait pas non plus qu'il avait des sentiments existant pour son ancien psychologue, cependant, il savait que son attitude avait commencé depuis qu'il était revenu de ce fameux weekend qu'il avait passé avec il ne sait qui et il s'en fichait jusqu'à ce que cette visite ait rendu Jean complètement déprimé et que ça entache sur la propreté de la maison et son estomac.

-Tu es comme ça depuis que tu as passé le weekend chez je ne sais qui, que s'est-il passé là bas ?

Il alluma une cigarette et le fixa, attendant patiemment qu'il réponde, en vérité, il s'inquiétait pour Jean, même si il n'en avait pas conscience mais Jean était devenu important pour lui, sinon il ne l'aurait pas gardé autant de temps chez lui, et vu comment c'était parti, il n'était pas prêt de partir et étonnamment, ça ne le gêné pas autant qu'il aurait le penser et ça lui faisait poser quelques questions sur lui-même, était-il si associable que ça ? N'y avait-il pas, comme son père lui avait dit, une chance pour qu'il redevienne normal, pour qu'il ait des sentiments ne serait-ce que de ressentir de l'amitié pour quelqu'un ?

En tout cas, il savait qu'il n'aimait pas voir Jean dans cet état et savait qu'il était devenu comme ça après ce fameux weekend et il n'allait pas le laisser dans cet état, ne serait-ce que pour la propreté de la maison ou autre chose...

-On m'a foutue un stagiaire au boulot. Dit il simplement.

Cette nouvelle avait été très loin de l'enjouer, bien au contraire, il avait prit ça pour une blague au début puis il s'était avéré que son chef l'avait fait exprès pour qu'il travaille moins.

-Il me l'on collé au cul pour que je travaille moins, alors je rentre plus tôt. Dit il en allumant une seconde cigarette. Mais ne parlons pas de moi, la maison est sale, tu as des cernes et tu ne sors plus depuis ton weekend, j'aimerai savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Sun 25 Jun - 11:31
  Qu'est-ce qu'il détestait quand Alexei le fixait longuement comme ca. Jean avait l'impression d'être fusillé du regard. Après avec la mine froide et ce regard perçant que le blond avait, c'était difficile de ne pas se sentir mal à l'aise quand il vous fixait... Même si la dernière fois, lors de l'apprentissage du blond à la danse, le regard qu'il avait lancé au bleu avait été différent... voir perturbant et hypnotisant. Bref rien à voir avec le regard actuel qui foutait plus Jean mal à l'aise qu'autre chose. Après on s'y habituait...
En tout cas, Alexei surprit Jean avec toutes ses questions. Apparemment il avait remarqué que quelque chose n'allait pas.

« Hé comment ça je cuisine mal ? »
Grogna-t-il en espérant changer de sujet. Mais Alexei le surpris à nouveau en assistant. C'était rare les fois où le blond s'intéressait au punk. Jean soupira et regarda en direction du four. Ca ne servait à rien de rester en cuisine et attendre que ca cuise, il n'y avait plus rien à faire. Le bleu se décida alors à quitter son lieu de travail pour rejoindre Alexei sur le canapé. Qui puait la clope. Jean le dévisagea et chassa la fumée devant lui avec sa main.

« Tu fumes trop... t'vas pué d'la gueule. »

De toute manière, quoiqu'il dirait sur ça, Alexei ne l'écouterait pas...
Bref. Jean décida de se lancer et donner des explications sur son état et sur ce qui se passait en fait. Ca lui faisait bizarre de ce dire que cette fois c'était bien le blond qui posait la question. C'était lui qui s’intéressait et lançait la discussion. Ce n'était pas Jean. Ce dernier voulait en profiter et parler avec lui. Nouveau rapprochement possible. Ca serait bien.

« J'suis d'solé, c'vrai j'ai la tête ailleurs. Par contre j'sors... moins mais j'sors. J'vais faire les courses déjà et j'vais bosser et … C'est tout mais ca compte nop ? »Il jeta un regard rapide au blond avant de soupirer et s'affaler dans le canapé. Maintenant fallait se lancer dans les explications.

« Eibe. Eibe c'est le gars chez qui j'allais les week-end de temps en temps. Pour faire simple et rapide : j'l'ai connu en taule, il m'a aidé à pas baissé les bras. Il serait tombé amoureux d'moi. J'l'ai retrouvé dans ce village l'année dernière ? J'ai pensé qu'il voudrait encore de moi. Surtout qu'on a couché ensemble. J'suis pas du genre à coucher avec des hommes comme ca. Pour moi c'était du sérieux. Il y avait quelque chose...»

Pas pour lui apparemment.

« Cédric c'est... c'est un gamin. C'est un peu comme mon p'tit frère t'vois ? Il m'appelle même grand-frère des fois. »

Il sourit un peu avant de soupirer à nouveau.

« Ben les deux : Eibe et Cédric sont en couple. »

Sur le ton qu'il venait de le dire, ce n'était pas difficile à deviner qu'il le vivait mal et qu'il était amoureux de Eibe encore.

« J'ai essayé de le récupéré, j'lui ai dit que je l'aimais. Mais pas lui. Sa vie c'est Cédric. J'ai...bref. J'ai été dégagé de sa vie. Sa famille maintenant c'est son fils et Cédric. Et j'suis étranger à tout ca.  J'ai l'impression d'être un poids pour eux. D'les faire chier à revenir sans cesse. Alors j'sors pas. J'pas envie d'les voir heureux. »

Il avala difficilement sa salive. Jean hésita un instant avant de se tourner vers Alexei, complètement, une jambe replié sur le canapé, sourire amusé forcé sur les lèvres.« Un stagiaire toi. Ben putain ! J'lui souhaite bonne chance. »Il ne put s'empêcher de rire un peu. Ca se vouait que ca faisait chier Alexei. La preuve, ce dernier rentrait plus tôt. « Sinon que ca te fasse chier que la maison soit un peu sale et que je cuisine moins bien, j'peux comprendre. Mais que j'ai des cernes qu'est-ce que ca peut te foutre ? »

Il lui balança un coussin sur l'épaule avant de ricaner.




demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Sun 25 Jun - 22:00
Alex avait l'habitude d'entendre des confessions, il n'était pas rare pour ceux qu'il arrêtait de craquer et de lui livré tout leur récit de vie jusqu'à ce qu'il 'en puisse plus et qu'il demande de les enfermer avant qu'il comète lui-même un meurtre. Il n'était pas d'un naturel très patient, c'est pourquoi certaines affaires tournaient cours avec lui, il aimait faire vite et bien.

Mais voilà que Jean avait décidé de lui parler, il n'en espérait pas tant, cependant il fut satisfait de connaître la raison pour laquelle Jean était dans cet état depuis quelque temps et ce n'est pas peu dire. Quand il lui parlait, il voyait les traits de Jean se crisper, ce Eibe l'avait visiblement fait souffrir, alors pourquoi il continuait à s'attacher ?
A vrai dire, Alex n'avait pas eu souvenir d'avoir connu le sentiment amoureux dans sa vie, d'ailleurs, il n'y croyait pas à ce genre de chose, il était déjà difficile pour lui d'éprouver une quelconque empathie pour les autres, de l'amitié, c'était déjà bien trop compliqué, alors l'amour, des conneries, une sécrétion du cerveau qui le ramollie et laisse les autres se faire des illusions, ou bien un manque d'affection tel que les personnes jettent leur dévolu sur la première personne à leur goût jusqu'à en dépendre, visiblement c'était le cas de Jean.

Il l'écouta attentivement, comment Jean pouvait-il être dans ces états là juste pour ça ? Un mec, vraiment.

-Des enfoirés y'en a partout, c'est pas le dernier que tu rencontreras. C'est pas une raison pour arrêté de faire le ménage.

Il alluma une troisième cigarette, il savait pertinemment qu'il fumait trop, d'ailleurs sa voix était un peu plus éraillée, mais en ce moment il en avait besoin, trop de questions se bousculaient, entre ses affaires, ce stagiaire et Jean, il avait besoin de se détendre, et ça, ça le détendait, alors oui, il s'en foutait de puer.

-Faut juste l'oublier, ce n'est pas compliqué, l'amour c'est quoi ? Une illusion de ton cerveau, ce mec baisait bien et t'a cru qu'il était amoureux de toi juste pour ça, tu étais seul, il était là, ça s'arrête là, inutile d'en faire tout en plat.

C'est vrai quoi, si ce mec lui faisait du mal pourquoi il continuait à le voir ? pourquoi il s'attachait ? Ce Eibe avait juste l'air d'un connard en rûte, d'ailleurs son nom lui disait quelque chose, il avait surement dû en entendre parler, cette ville n'était pas si grande.

-Faut de détendre. Je suis pas psy, mais t'fais pas d'illusions, ce mec ne t'aime pas, et alors ? ça qu'est-ce que ça peut faire ? Tu n'as qu'à aller te bourrer la gueule et voir que ce mec est pas le seul à baiser, c'est tout ce qu'il t'a fait après tout ? te baiser ? non ?

Ca l'énervait, oui, de voir Jean comme ça, ça l'énervait parce que non seulement Jean avait arrêté de nettoyer l'appart mais en plus il se plaignait pour rien, il voulait bien être patient, à l'écoute, mais pas pour ce genre de conneries.

-C'est des conneries ces histoires d'amour, de sentiment, ça existe pas, passe à autre chose et nettoie l'appart. Dit il en lui soufflant de la fumée sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Sat 1 Jul - 22:09
C'était assez bizarre de parler de tout ça à Alexei. D'habitude le blond n'en avait rien à faire des histoires de Jean. Il fallait que ce dernier file droit, fasse ce qu'il devait faire, pas un pas de travers. Et c'était tout. Même si rapprochement il y avait, parce que Alexei parlait – ou du moins répondait- au punk, on ne pouvait pas non plus dire qu'ils étaient de grands amis. En fait , Jean avait du mal à définir leur relation. A savoir si Alexei l'appréciait vraiment ou non. Il ne l'avait pas mis dehors, mais de l'autre côté il restait froid. Il acceptait le bleu dans son lit, mais de l'autre lui reprochait d'être un gamin pleurnichard. Ce policier était très difficile à cerner. Jean n'était déjà pas très doué pour ça en temps ordinaire, mais là c'était pire.
C'était comme maintenant... Alexei semblait vouloir insister, savoir pourquoi Jean était distrait, faisait un peu moins bien les choses... mais le punk avait aussi l'impression que c'était parce que le blond voulait bien manger et était un maniaque de la propreté. En gros ca le faisait chier que ce ne soit plus aussi niquel chez lui ? C'était pour ca qu'il questionnait Jean et non pas parce qu'il s'inquiétait pour lui ?
Jean fronça les sourcils à ses réponses.

« Mais en fait t'en as rien à foutre d'ce que j'te raconte. C'qui te préoccupe c'est que j'fasse bien l'ménage. C'est ca ? »

Il râla avant de se détourner du blond, essayant de ne pas s'énerver davantage. En fait, il y avait un peu cru. Il avait cru que Alexei s'inquiétait pour lui. Mais nop.

« Mais qu'est-ce que t'en sais ? T'as pas l'air d'aimer qui que ce soit. Donc t'peux pas savoir c'que ca fait c'que j'vis ! C'pas facile d'oublier quelqu'un qu'on aime, peu importe la manière, que ce soit familiale, amicale ou romantique. »

Il lui balança un deuxiéme coussin dessus, plus férocement cette fois. Maintenant il n'avait plus rien à lui balancer au visage. Dommage. De toute manière, Jean pensait couper court à la conversation sinon il allait s'énerver et gueuler sur Alexei. Ce n'était pas vraiment la faute de ce dernier ;, mais c'était un peu la goûte qui faisait déborder le vase.

« Ta gueule !»

Bon finalement Alexei venait d'énerver Jean. Avec ses paroles qui faisaient assez mal. C'était difficile de se dire que Eibe ne l'avait que baiser. Parce que... c'était le cas. Il l'avait juste baiser ce soir là, sans rien d'autre derrière. C'était juste de la baise.

« J'sais même pas pourquoi j'te raconte ca. T'pense qu'à toi ! T'as même un peu zappé que j'peux pas me bourrer la gueule ! J'ai été alcoolique mec ! J'vais pas replonger dedans ! Les médocs et l'fait que j'boive que du jus de fruit et de l'eau c'pas pour rien ! »

Il s'arrêta un instant, et soupira longuement . Il essayait de se calmer. Ca ne servait à rien de s'énerver contre Alexei. Il s'en foutait de toute manière. Ca lui passait par dessus la tête ses problémes.

« Je t'emmerde. L'appart' t'vas le nettoyer tout seul ! Connard ! »Il lui fit un bras d'honneur avant de se lever et monter à l'étage. « Et souffle moi encore de la fumée à la gueule et j'te la fais avaler ta clope ! »

C'était peut-être pas la meilleure manière de parler à son hôte, mais Alexei venait vraiment d'énerver Jean.


demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Sun 2 Jul - 21:35
Encore une fois Alex avait tapé dans le mile, Jean allait pas bien à cause d'une peine de coeur, et puis quoi encore ? C'est la raison la plus bidon qu'il n'est jamais entendu, et des raisons, il en a entendu pas mal dans sa vie de flic mais les meurtres pour peine de coeur sont surement ceux qu'il comprenait le moins. Pour lui, l'amour ce n'était rien, c'était quelque chose de fictif, quelque chose qu'on croit nous guider mais qui nous rend débile et sensible au point de commettre des actes puérils pour une raison qui au final, n'existe pas.

Jean avait raison -pour une fois- Alex était incapable d'aimer qui que ce soit ou de se faire des amis, la seule personne qu'il aime, et ça, il le sait, c'est son père adoptif, il a tué pour lui, certes, mais là, c'était différent, quelqu'un l'avait menacé, ce père qui l'avait recueillit et élevé comme son propre fils alors que là, Jean était en train de taper une crise d'adolescence pour un mec avec qui il a couché deux ou trois fois quand il était en prison.
Il reçu une second coussin dans la figure, ce qui l'irrita légèrement, il fronça les sourcils, les insultes de Jean, il avait l'habitude mais pour une raison qui lui est encore inconnue cette fois ci, ces insultes l'énervait et il commença à perdre son sang froid, quand il l'insulta une dernière fois avant de se lever pour monter à l'étage, son sang ne fit qu'un tour et il monta, le rattrapant avant qu'il entre dans la chambre, il pris le col de son pull du bras non handicapé et le plaqua au mur, et c'était pas difficile vu sa corpulence comparée à celle de Jean.

-Ecoute moi bien. Tes crises d'ado ça fait des mois que je les supporte sans rien dire, mais m'en faire une pour une raison aussi minable et en plus m'insulter c'est pas très respectueux. Si je le voulais je t'aurai foutu dehors et j'aurai eu la paix, au lieu de ça je te garde, je fais le babysitter et je supporte ton sale caractère tout les jours, il l'a fait ça ton psy ? Non, il t'a jeté dès qu'il en a eu l'occasion, alors maintenant que t'es là, ton connard de psy tu l'oublies c'est clair ?

Il le lâcha, il ne s'était pas vraiment rendu compte de ce qu'il venait de dire, et se disait surtout que Jean avait intérêt à arrêter son cinéma sinon il allait lui en coller une et c'est pas l'envie qui lui manque. Il fronça les sourcils puis le fixa, le regardant de haut en bas.

-J'espère que ton sois disant petit frère est moins chiant que toi et qu'il lui pète pas des crises à chaque fois qu'il lui dit non et surtout qu'il est moins égoîste.

Il se tourna, prêt à descendre mais finalement se résigne et se tourne à nouveau vers lui, cette discussion l'avait vraiment agacé et il en avait marre que Jean se comporte comme un gamin.

-J'en ai plein de cul que tu te comportes comme un gamin de 12 ans en pleine crise d'adolescence et de rebelion, ça t'as peut être échappé, mais la vie est injuste, faut faire avec, t'es pas le seul à avoir eu une vie de merde, des comme toi j'en vois plein et eux, ils ont de quoi se plaindre, toi tu as tout ce que tu veux, alors la prochaine fois que tu me tapes ce genre de crise pour une truc aussi débile qu'une partie de jambe en l'air avec un enfoiré, tu pars d'ici et tu crises ailleurs, c'est compris ?

Clairement on pourrait pensé qu'il faisait une petite crise de jalousie mais pour lui ce n'était que du ras le bol d'entendre Jean geindre à chaque fois qu'ils se retrouvaient dans la même pièce, cependant, vu le regard de celui ci il n'était pas sur qu'il ait saisit ça.

-Va faire à manger maintenant. Dit il avant de redescendre, sans laissez le temps à Jean de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Tue 11 Jul - 9:38
Alexei était un robot. Avec juste une pierre à la place du cœur. Jean aurait dû se douter que le blond n'aurait pas cherché à comprendre. Pour lui ça devait être ridicule de se sentir mal parce que la personne qu'on aime ne voulait pas de vous et était parti avec votre petit frère... C'était peut-être ridicule, peut-être que d'un point de vu extérieur c'était plus simple de dire «  tourne la page et passe à autre chose » . Mais dans les faits c'était vraiment difficile. Le punk n'arrivait pas à faire taire ses sentiments et puis c'était Eibe. C'était pas un mec lambda. C'était l'homme qui lui avait sauvé la vie, lui avait donné la force de continuer et de continuer encore aujourd'hui... même si maintenant toute l'attention, l'amour de Eibe était pour Cédric. Et non plus pour lui . Ca faisait peut-être de lui quelqu'un de faible aux yeux du policier, mais Jean savait qu'il ne saurait pas continuer à avancer sans l'aide de quelqu'un. S'il n'avait pas Eibe, il n'y arriverait pas. Et ca l'énervait que Alexei ne fasse pas d'effort pour comprendre. Même s'il ne comprenait pas, qu'il pose aux moins des questions ? Et qu'il arrête de rabaisser le bleu ainsi et le prendre pour la femme de ménage ! De toute manière, s'en  avait été trop pour le punk qui avait encore une fois explosé de colère. Il insulta Alexei avant de décider de s'en aller avant d'en dire trop. C'était quand même chez le blond ici... Il ne pouvait pas l'insulter … de trop.
Jean fut stoppé dans sa course attrapé par le col de son haut et plaqué violemment contre le mur alors qu'il voulait retrouver sa chambre. Il fronça les sourcils et regarda mal Alexei. C'était pas la première fois qu'il avait affaire à plus gros que lui. C'était pas ça qui allait l'impressionner.

« C'pas des crises d'ado ! »

Il se détacha du mur quand Alexei le lâcha. Il le fixa mauvais et énervé écoutant la suite de ses attaques. Le blond ne le prenait vraiment pas au sérieux. Comme un gamin dont il avait la garde malgré lui.  Et le pire dans tout ça, c'est le « Va faire à manger maintenant » à la fin. L'ordre donné comme si le père s'adressait à son fils. Ou le maître à son esclave plutôt.
Jean s'avança en haut des escaliers et ricana mauvais.

« Ta bouffe t'vas la faire tout seul. »

Il le fixa, bien content d'être plus haut que lui à cet instant. Les poings serrés, il se contenait de trop en dire. Alexei n'avait aucune idée de tout ce qu'il avait vécu, et que c'était encore très dur d'oublier son passé... c'était même impossible. Mais il se refusait d'en parler. Il ne voulait pas donner une nouvelle arme au policier.

« T'sais c'que j'crois ? C'est qut'es jaloux ! T'es jaloux de Eibe ! Parce que plus j't'en parle, plus t'vois qu'il t'est supérieur. L'mec il sait causer en faisait des phrases d'plus de trois mots, il aide les gens, il s'en préoccupe, il a un cœur... Il mieux foutu qu'toi, plus baraqué, il baise comme un dieu, il est attentionné. Si j'pouvais j'me casserai d'ici pour vivre avec lui. Lui au moins attend pas que « l'ado de 12 ans » lui fasse la bouffe et le ménage ! Sale con ! »

Il s'arrêta un instant. Autant attaqué et arrêter de se défendre.

« T'es inférieur à lui. Personne t'aime toi et ta froideur d'merde. T'es juste sans cœur et t'finira seul parce que t'es incapable d'aimer ou d'laisser qu'on t'approche. T'as peur d'quoi ? Qu'on découvre quand fait t'es un putain d'faible ? T'as peur qu'on t'attaque au sujet d'ton bras handicapé ? De ton manque d'vie sociale ? En fait j'me demande si l'plus à plaindre c'pas toi, d'nous deux. Parce que moi j'ai des amis au moins. Et j'sais aimer. »Il s'arrêta et soupira. Peut-être qu'il avait été trop loin. Ou peut-être pas. Alexei en aurait sûrement encore rien à faire.


demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Tue 11 Jul - 14:14
Plus Jean parlais plus Alex perdait patience. D'ordinaire, il était réputé pour être calme en toutes circonstances même lors d'occasions qui prêtaient à l'énervement comme quelqu'un qui restait muet ou bien quelqu'un qui l'insultait sans arrêt afin de le mettre à bout et de le laisser tranquille, Alex ne bronchait jamais et restait de marbre face à ce genre de situation, cependant, cette situation là il ne se souvient pas l'avoir déjà vécue et il devait s'avouer que ça lui faisait perdre patience, et Dieu seul sait ce qu'il était capable de faire si quelqu'un lui faisait perdre sa patience légendaire.

Il essaya dans un premier temps de rester calme, d'écouter Jean l'insulter, le critiquer, le comparer à cet homme qui lui avait fait du mal mais que visiblement, Jean aimait toujours, il avait beau essayé de comprendre, il ne comprendrait sûrement jamais pourquoi le plus jeune accordait autant d'importance à quelqu'un qui l'avait jeté, repoussé voire utilisé juste pour revigorer son appétit sexuel, quel intérêt Jean trouvait à cet homme ?  
La comparaison sur le physique ne l'impressionnait pas, ce qui comptait pour lui c'est qu'il domine non pas par la carrure mais par l'esprit, alors que ce Eibe soit plus costaux que lui il s'en fichait pas mal. Que Jean dise qu'on l'aimait pas, cela ne le gênait pas non plus, en y pensant, il faisait tout pour ne pas attirer de sentiments envers lui, tout pour que personne ne s'attache et surtout tout pour que lui-même ne s'attache à personne. Il n'était pas aimé, c'est vrai, mais c'était un choix de sa part et il s'en portait plus que bien.

En revanche, Jean s'attaqua à un sujet sensible pour le blond, son bras, son bras qu'il avait sacrifié pour sauver son père, son bras qui malgré son handicape ne l'empêche pas d'être le meilleur dans ce qu'il fait, ce bras qui lui a causé tant d'ennuis dans sa jeunesse, il s'efforçait chaque jour de paraître normal, il se musclait, essayait de s'en servir comme s'il n'avait rien, comme si il ressentait quelque chose, son bras, c'était un peu son combat de tout les jours, sa preuve qu'il était en vie et capable d'être autonome malgré l'usage d'un membre affaiblit.
Cette dernière critique le fit tiquer, il n'avait pas vraiment d'expression sur le visage mais sa bouche était légèrement tordue et son regard se posa de nouveau sur le plus jeune, un regard sombre, agacé, méchant, meurtrier.

Il s'étira légèrement le cou avant de prendre une inspiration et de remonter les marches, faisant de nouveau face à Jean il prit ses poignets d'une seule main et les plaqua au dessus de sa tête, une jambe entre celles du plus jeune pour le bloquer complètement, et il ne lésinait pas sur la force qu'il utilisait pour le tenir fermement, le garder là, sur ce mur. Il pointa son regard vers lui, puis lui répondit, toujours aussi calme.

-Plus tu te débats plus je serre. Dit-il en resserrant sa prise sur les poignets de Jean jusqu'à ce qu'il ne puisse plus bouger; Il y avait quelque chose d'effrayant dans son attitude.

-Jusque là j'ai été patient avec toi, tu es resté ici parce que je le voulais bien, parce que mes collègues au boulot me foutaient enfin la paix, je ne t'ai pas accueillit par plaisir mais parce que ces connards au boulot n'arrêtaient de me faire chier en disant que je n'avais pas de cœur, que j'allais certainement t'abandonner, ce que j'aurai dû faire.

Il marqua un temps, observant les traits du visage de Jean, il voulait lui faire peur, lui mettre un coup de pression pour lui faire comprendre qu'il est allé trop loin, sa bouche se tordit légèrement et il fronça les sourcils.

-La drogue, l'alcool, c'est rien ça, une routine, tout le monde se drogue, tout le monde se bourre la gueule, tu n'es pas un cas particulier, tu es un cas parmi des centaine d'autres tu comprends ça ? Tu n'es pas unique, tu n'es pas le seul à vivre ça. La taule, c'est rien, il y a des choses dans la vie qui sont beaucoup plus graves que d'essayer d'arrêter de se droguer et de boire.

Il fronça un peu plus les sourcils et se rapproche de Jean, le fixant droit dans les yeux.

-La vie, c'est pas ça, ce que tu vis, c'est beau, la vie Jean, la mauvaise vie, la merde comme tu dis, c'est pas ce que tu vis, certainement pas. Alors si tu veux rejoindre ton libidineux de Psy, je t'en pris, la porte est grande ouverte et d'ailleurs, tu aurai dû le rejoindre il y a bien longtemps, mais je te préviens, si tu pars, ne compte pas sur moi pour te récupérer en morceau, si tu te retrouves dans la rue, tu seras tout seul, si tu retourne en taule, tu seras tout seul, si tu te fais agresser et tuer, tu seras tout seul, compris ?

Il s'apprêta à le lâcher mais finalement il prit la décision de resserrer encore sa prise et le regarder droit dans les yeux.

-[b]Ils sont où exactement tes amis Jean ? L'un est parti avec ton mec et l'autre refuse de t'accueillir chez lui, c'est ça ?  avoir des amis  ? C'est ça que tu appelles être aimé et savoir aimer ? Qui aimes-tu toi ? Mis à part un putain de pervers narcissique qui t'as baisé une fois dans sa vie et qu'après avoir tiré son coup s'est barré, c'est ça aimer et être aimé pour toi ? Tu sais ce que c'est d'être seul Jean ? Tu sais ce que c'est d'être livré à soi même, sans personne, vraiment sans personne ? Même pas un pauvre connard qui te tient compagnie, sans un psy pour t'aider, sans personne pour te sauver, tu sais ce que c'est de se retrouver seul face au choix de tuer ou de laisser un type qui te menace sans que avoir aucune aide ? Tu sais ce que ça fait, de se retrouver piéger, face à une arme, seul, vraiment seul ?

Cette fois-ci il relâcha sa prise, il en avait assez dit, mais gardait toujours Jean fermement tenu, les poignets au dessus de sa tête.

-Ne parle pas de solitude, ne parle pas d'amour, ne parle pas d'amitié quand tout ceux que tu es censé aimer te rejette comme l'a fait ton psy, ton frère et ton meilleur ami, peut être que personne ne m'aime, mais au moins, je ne suis déçu par personne. Maintenant, si tu redis quoi que ce soit, je peux très bien devenir violent et te montrer que moi aussi je peux te baiser comme un dieu si j'en ai envie, compris ?
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Tue 11 Jul - 16:42
Finalement Alexei n'en avait pas rien à faire. Comment provoquer le policier ? En l'attaquant et non pas en se défendant de ses attaques. Jean avait frappé juste avec ses mots. Par contre il ne saurait dire où. Une chose était sur c'était que Alexei était bien énervé vu à la vitesse qu'il remonta les marches pour bloquer à nouveau Jean contre le mur. Ne lui laissant aucun moyen de bouger cette fois. Plus le punk remué pour se défaire du blond, plus la pression autour de ses poignets se resserraient, le faisant grimacer de douleur. Ca et la jambe entre les siennes... Le bleu ne bougeait plus. Il plongea son regard bleu dans celui tout aussi bleuté de Alexei.

« J'sais bien que tu m'as accueilli chez toi non pas parce que t'voulais qu'on s'rapproche, mais parce que t'avais pitié. Ou parce que t'avais b'soin de quelqu'un pour les taches ménagères chez toi ! »

Du moins, maintenant c'était clair... et c'était quelque peu douloureux. Pourquoi ? Pourquoi c'était désagréable d'entendre ça ? Parce que Jean n'avait une nouvelle fois pas trouvé sa place. Il était plus une gêne qu'autre chose. Et au fond de lui, il avait espéré que Alexei l'aime bien un petit peu, qu'il se trouve un nouvel ami, quelqu'un à qui se confier, sur qui compter... ne plus être totalement seul.
Alexei continua de parler. Dommage qu'il parle autant dans ce genre de situation et pas dans d'autres... Jean essaya de reculer, s'enfoncer contre le mur quand il sentit le blond s'approcher davantage. Le corps du punk se crispa. Il n'aimait pas la position dans laquelle il se trouvait, il n'aimait pas se sentir prisonnier et à la merci de qui que ce soit... Il n'osait même plus bouger, à peine respiré, et son regard se détourna. Et son cœur se serra. Plus Alexei parlait, plus ça lui faisait du mal... Finalement peut-être que tout cela était vrai. C'était rien ses problémes de drogues et d'alcool. La prison c'est pas assez pour se plaindre. La prise se resserra davantage et Jean ferma les yeux à la douleur avant de regarder de nouveau dans les yeux du blond qui cherchait à capter totalement son attention.
Ils étaient où ses amis ? Ils n'étaient pas là. Ils n'étaient pas présent et le viraient de leur vie... Alexei avait raison. Finalement Jean continuait d'être seul et n'avait pas le droit de se plaindre de ca. Et il ne pouvait pas parler d'amour. Il était dans une petite illusion. Eibe, Cédric, Myles … ils en avaient rien à faire de Jean. Qu'il soit là ou pas rien ne changerait pour eux. C'était même plus un probléme qu'autre chose...
Le punk baissa de nouveau le regard... Un instant avant de relever le visage et regarder Alexei avec un faible sourire provocateur.

« Baise moi. »

Il ne bougea pas, même si l'emprise de Alexei était moins forte sur ses poignets.

« Vas-y prouve le. Prouve moi que tu peux m'baiser comme un dieu. »

Au point où il en était... Il ne voulait juste plus penser. Ne plus penser que Eibe l'avait simplement baisé pour le jeter aprés. Que Cédric c'était bien foutu de sa gueule, lui tournant le dos et vivre le grand amour avec Eibe... il ne voulait plus penser à eux. A eux et leur petit bonheur.

« Quoi ? Tu te dégonfles ? T'as peur d'pas être à la hauteur ? »Enchaîna-t-il sans le lacher du regard.
Il ne voulait juste pas finir seul, dans la rue, sans personne... il ne voulait plus vivre la solitude. Alors s'il suffisait simplement de faire le ménage, de se faire baiser et fermer sa gueule pour rester ici … il le ferait.


demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Tue 11 Jul - 18:43
Il était surpris, il ne s'attendait pas à une telle réponse, il aurait pensé qu'au pire des cas Jean allait répondre de nouveau et qu'au meilleur des cas, il allait se taire et enfin allé faire à manger parce que mine de rien il avait quand même faim et sans produits surgelés, Alex ne savait même pas faire un plat de pâtes. Mais là, il était surpris, rare était les fois où il l'était, il n'était pas quelqu'un qui était facilement surpris mais pour le coup, Jean avait bien joué, reste à savoir si l était sérieux où si c'était simplement qu'il en avait marre, approuver ce qu'il dit pour qu'il le laisse tranquille ?

Il le fixa un long moment, coucher avec Jean ? L'idée lui avait sûrement traversée l'esprit un jour mais il ne pensait pas le faire un jour, pas avec lui en tout cas. Est-ce que le fait de le considérer comme un enfant ferait de lui un pédophile ? Non, bien sur que non, Jean est majeur et vacciné c'est pas vraiment un enfant, c'est son comportement qui est enfantin pas son corps.
Il resta silencieux, se contentant de la fixer, la respiration calme, il était en train de réfléchir, de penser à ce que Jean venait de dire, le baiser comme un Dieu ? Bien sûr qu'il pouvait le faire, mais en avait-il vraiment envie ? Est-ce qu'il avait envie d'être violent avec le plus jeune ? Le prendre juste contre le mur pour tirer son coup et s'en aller après ? Pas vraiment...

Ces derniers mois avec Jean avait eu quelques effets qu'Alex ne saurait expliqué, le blond c'était assagit, il était un peu moins froid, de meilleure humeur même si ça ne se voyait pas beaucoup, puis Jean ne le gênait plus comme au début, ces collègues, ça faisaient longtemps qu'ils pensaient qu'Alex avait bel et bien jeté Jean dehors mais ça il se gardera de le dire. Puis il l'appréciait, enfin c'est ce qu'il croyait, puis il n'était pas non plus repoussant, ce côté rebelle ça peut être sexy...

Il soupira, leurs regards étaient comme sous tension, Alex n'avait pas envie que Jean pense qu'il allait le faire par pitié, juste pour que le bleu se taise, il en avait peut être juste...envie...
Peut-être même qu'il en avait envie depuis longtemps, sans oser se le dire, pour se protéger, se protéger de lui-même et protéger Jean de l'homme qu'il était, froid, distant, incapable d'aimer et d'être aimer en retour, mais cette fois c'était différent, ce regard, le souffle qui sortait des lèvres du plus jeune, c'était presque enivrant...

Soudain prit d'une pulsion il resserra sa main contre les poignets de Jean et vint l'embrasser, sans vraiment de retenu, sans vraiment de compassion, juste avec envie, une envie de le dévorer, de le faire taire et d'avoir son corps pour lui seul, de le posséder, il avait envie que le corps de Jean lui appartienne, par instinct, ou par envie, peu importait, il avait juste envie, là, maintenant, je dévorer son corps, un peu comme un trophée, une satisfaction du corps et de son esprit.
Il l'embrasse longuement, langoureusement, jouait avec ses lèvres, sentait la chaleur monter en lui comme un four prêt à chauffer le chair qu'on lui apportait. Il se colla de plus en plus à lui, il savait que Jean n'allait pas fuir, pas cette fois, pas avec lui, il continuait de l'embrasser inlassablement, comme si il en avait eu envie depuis longtemps. Il appuya longuement ses lèvres contre les siennes, mélangeait son souffle avec lui, peu importait si il allait en manquer il le voulait, il était devenu important pour lui.

Son corps de frottait machinalement contre celui de Jean, il lui tenait toujours les poignets, il ne voulait pas qu'il fuit, il croqua ses lèvres, son cou puis revenait l'embrasser avec envie, force, mordant parfois ses lèvres, passant sa langue contre la sienne, un baiser digne de ce nom, un baiser dont il avait eu envie, depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Tue 11 Jul - 20:00
Qu'est-ce qui lui avait pris de répondre ça ? De provoquer Alexei de la sorte et lui demander de le baiser. De prouver qu'il pouvait le baiser comme un dieu et... et ça serait trop tard de retourner en arrière si le blond décidé de répondre à la provocation. Mais dans un sens Jean avait envie d'essayer. Pourquoi pas ? Bien qu'il savait que Alexei ne l'aimait pas, ne le portait pas forcément dans son cœur, le voyait comme un ado faisant ses crises et bien... Pourquoi pas ? Pourquoi ne pas s'imaginer simplement qu'un autre être humain pouvait l'aimer, le toucher, le désirer malgré son passé, son corps sale et souillé ?
Jean n'avait plus rien fait depuis qu'il avait couché avec Eibe. Ça faisait maintenant bien presque un an. Presque un an à jouer seul avec sa main pour assouvir un peu de plaisir, essayer d'en ressentir un peu. Avec le temps, le punk se disait que tout ceci, le sexe, ce n'était plus pour lui. Encore moins avec un homme. Et puis il y avait eu tellement d'événement qui s'étaient déroulés, qu'il n'avait pas eu le temps d'y penser réellement.
Sauf que là... maintenant, contre ce mur, piégé face au corps de Alexei, Jean ressentit de l'envie. Juste une fois, pourquoi pas ?
Les deux hommes se regardaient dans les yeux. Jean se perdit dans ses iris bleus, ne sachant absolument plus quoi dire. Il avait toujours ses poignets prisonniers des mains du policier. Il ne luttait plus pour s'enfuir. Il attendait la décision de celui qui le retenait.
Rien.
Rien jusqu'à ce que Alexei décide d'attaquer à nouveau. Avec sa bouche mais sans rien dire. Il posa ses lévres contre celle du punk qui ferma les yeux mécaniquement quand il vit le visage d'Alexei s'approcher du sien. Il frissonna de tout son corps, ne sachant pas vraiment s'il aimait ca ou non au début. Le baiser devint rapidement fougueux, sans retenu. C'était déroutant, déstabilisant. Jean n'arrivait plus à penser, à se dire qu'il pouvait reprendre le contrôle de tout ça... non, il se laissa complètement dominé, sentant le corps chaud de Alexei se rapprocher du sien, se coller à son torse, à son ventre, son bas ventre... et cette jambe entre les siennes... Il ne savait plus pour quoi ils venaient de disputer. Il ne savait même plus où il était. Il se laissa juste complètement happé par les sensations savoureuses et excitantes qui prenaient possession de lui. Alexei embrassait définitivement que trop bien. Un peu trop même... Ca l'excitait.

Il avait besoin d'air. De reprendre son souffle et essayer d'avoir une pensée cohérente. Mais le seul répit qu'eut le bleu fut quand Alexei décida de s'attaquer à sa nuque, la mordant avant de revenir l'embrasser. Jean eut à peine le temps de reprendre son souffle.Son corps se mit à trembler. La position n'était pas la meilleur, il voulait qu'on libére ses bras. Il commença à remuer la tête et réussit à s’échapper à ce baiser un peu trop intense .
Le visage rouge, le souffle court, la bouche entre ouverte pour essayer de ramener le plus d'air à son cerveau, Jean était presque entrain de glisser contre le mur. Si Alexei ne le tenait pas, il serait probablement tombé. Ce qui lui aurait permis de fuir.
Il se pinça les lèvres, passa sa langue rapidement dessus avant de tirer sur ses poignets.

« J'vais pas fuir mais... lâche moi... juste … le temps que je souffle un peu. »

Murmura-t-il assez bas sans oser affronter son regard. Peut-être qu'il fuirait si Alexei le lâchait. Parce que, ca lui faisait peur de se dire qu'il allait coucher avec un homme à nouveau...


demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Wed 12 Jul - 9:20
Alex était sous l'emprise d'une chaleur immense qui lui traversait tout le corps, il avait arrêté de penser, arrêter de se dire que ce serait une erreur de faire ça, autant pour lui que pour Jean, une grosse et belle erreur que de l'embrasser comme ça sans le laisser respirer tellement il en avait envie, tellement il avait envie de le posséder, le faire siens, il ressentait une envie, une tension sexuelle qu'il avait créé lui-même et qu'il n 'arrivait plus à calmer, pourtant, il savait que faire ça serait une énorme connerie, qu'il devait se protéger de lui-même et aussi protéger Jean de l'homme qu'il était, il avait peur de s'attacher, il ne voulait s'attacher à personne, au risque de faire du mal et d'avoir mal lui aussi mais il ne pouvait nier le fait que Jean comptait pour lui, après tout ce temps, il avait finit par avoir de l'affection pour lui mais ça le mettait en rogne de ressentir ce genre de chose pour quelqu'un.

Depuis que Jean était rentré dans sa vie il ne savait plus ce qu'il ressentait, au départ c'était de la colère, un inconnu chez lui, et pourtant il avait finit par le garder, pourquoi ? Pas par pitié, mais par attachement, il avait finit par trahir sa propre éthique, il avait franchit sa propre barrière et cette tension entre eux, en ce moment même le confortait dans cette idée et ça lui faisait peur tout autant qu'il était attiré par ça, attiré par le fait de connaître ce sentiment, cette émotion qu'il avait ressentie jadis et dont il ne se souvient plus la sensation.

Lui aussi avait du mal à respirer, ce baiser avait dû durer quelques secondes et pourtant il en voulait encore, il voulait encore goûter à ces lèvres, sentir ce souffle, cette respiration, cette palpitation sur les tempes. Il laissa Jean glisser contre le mur mais le suivit, il s'accroupit devant lui, toujours silencieux, les mots ne lui venaient pas, il ne le laisserait pas partir, pas cette fois, il le voulait et il l'aurait.
Il se rapprocha de lui, frôla ses lèvres des siennes, l'embrassa doucement, quitta ses lèvres pour revenir les embrasser, encore et encore, répétant inlassablement ce mouvement, il était doux puis devint plus poussé, la chaleur montait à nouveau, lui donnant encore plus envie de l'embrasser, de le faire glisser contre lui, de le serrer, ses baisers deviennent alors plus rapide, plus fougueux, envieux, il appuya un peu plus ses lèvres contre les siennes puis s'y arrêta un moment, passant de nouveau sa langue contre elles, n'arrivant plus à les décrocher, quoi que Jean fasse, Alex ne le laisserait pas partir, même s'ils n'allaient pas jusqu'au bout, il ne le laisserait pas partir.

Ce baiser était bien au delà de la demande de Jean, il était devenu malgré eux, un baiser d'envie, un baiser dont tout deux avaient envie depuis bien plus longtemps que ce qu'ils ne pensaient. Cela allait bien au delà d'une simple envie de coucher ensemble, au delà d'une simple pulsion sexuelle, Alex le sentait, ce n'était pas une partie de jambe en l'air, peut être n'allaient-ils jamais aller jusqu'au bout, il avait envie de le posséder, mais pas simplement pour tirer un coup, pour bien plus, mais ça, il se gardera bien de le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Wed 12 Jul - 18:23
Alexei le lâcha enfin et Jean se laissa glisser contre le mur. Finalement il ne partait pas. Il restait assis là, alors que le blond s'accroupissait devant lui. Le punk n'osait pas relever le regard, affronter le regard froid du policier... Ils restèrent silencieux. Jean ne savait absolument pas quoi dire. Il ne savait même pas expliquer pourquoi la dispute avait débouché sur ça, pourquoi Alexei revenait l'embrasser encore une fois... mais plus doucement. Presque tendrement. Et il recommença plusieurs fois, et Jean répondit au baiser. Parce que c'était agréable et que son corps appréciait ça. Qu'il en voulait plus. Le bleu se laissa de nouveau submerger par Alexei, par ce coté dominant qu'il donnait dans ses baisers, dans la force qu'il mettait à appuyer ses lévres contre lui.
Les mains du punk se lévérent et s'accrochèrent au haut du blond. Non pas pour le repousser, mais pour se rapprocher. Rapprocher leur deux corps l'un contre l'autre.
Mécaniquement et timidement, son corps se mouva jusqu'au blond. Il se redressa sur ses genoux, sans lâcher les lévres d'alexei des siennes. Il le poussa, sur le sol et grimpa dessus. Il le regarda un instant dans les yeux avant de se pencher à nouveau pour l'embrasser. Longuement. Comme s'il en avait besoin. Il ne le lachait plus. Son corps se coucha sur celui qui était maintenant en dessous du sien. C'était maintenant Jean qui ne voulait pas que tout cela s'arrête. Il ne voulait pas perdre cette chaleur qui se dégageait du policier. Parce que ça le faisait se sentir tellement vivant. C'était compliqué pour le bleu. Il se détestait, jamais il ne pourrait apprécier son corps à nouveau, et il s'était même dit que plus jamais il ne se sentirait désirable... Et pourtant là, avec un homme autre que Eibe, il avait envie que l'homme sous lui le désire, et l'aime physiquement. Déjà physiquement et peut-être plus par la suite ? Pourquoi n'aurait-il pas le droit d'être heureux lui aussi ? Pourquoi devait-il attendre Eibe qui ne voudrait plus jamais de lui. Pourquoi personne ne pourrait l'aimer ? Pourquoi...

« Pourquoi... pourquoi tu fais ça ... »Souffla-t-il alors qu'il colla son front contre le torse de Alexei.
Jean resta immobile un instant, contre ce corps tellement chaud, sans rien dire, le souffle rapide. Il serrait toujours de ses mains les vétements du blond.
Puis il se redressa et le regarda tristement.

« J'ai pas envie d'être à nouveau baisé et jeté...Comme si j'étais rien. »


demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Wed 12 Jul - 19:44
Les voilà à terre, Jean n'avait pas pris la fuite, Alex avait eu raison, il sentait que cette fois il allait se taire et rester avec lui, près de lui. Ils étaient allongés par terre, Jean sur lui le mettait à la fois mal à l'aise mais ça rendait le plus jeune plus beau, plus adulte, il le laissa l'embrasser à nouveau, se laisser envahir par l'envie irrésistible de l'embrasser, ce qu'il ressentait à ce moment là était différent des sentiments qu'il avait pu éprouver jusque là, c'était nouveau pour lui, le coeur qui battait fort, un sentiment de bien être, l'impression d'avoir envie de protéger, d'avoir quelqu'un contre lui et de ne plus le lâcher, jusque là, les parties de jambes en l'air d'Alex se résumaient en un coup de vent, juste par instinct animal mais certainement pas par amour, simplement pour satisfaire sa libido et son besoin de sexe voilà tout, mais ici, c'était différent, il ne saurait expliquer ce qu'il se passait entre lui et Jean.

Il accepta son baiser, le laissa prendre la main quelques instants avant de reprendre le dessus, il était dominateur, ça ne changera jamais, il avait le besoin presque vital de tout contrôler, bien que maintenant, il ne sache pas contrôler ses sentiments et surtout cette pulsion qui l'attirait vers Jean comme un aimant. Quand celui-ci se redressa il eu le loisir de pouvoir le regarder, le détailler, quelque chose en lui l'attirait, pourtant, ce n'était qu'un gamin non ? Un gamin qui lui tenait compagnie, qui lui a appris à parler un peu plus, à se décongeler un peu, un gamin qui à force de râler avait finit par le convaincre de le garder et de le faire exister, chose que peu de monde fait, un gamin qui insiste pour lui parler alors que d'ordinaire, on le fuit, peut-être qu'il ressentait ça parce que Jean est la première personne à vivre avec lui ? Y aurait-il eu la même chose si ça avait été une autre personne ?

Il le fixa de nouveau, le visage toujours froid, il se posait des tonnes de questions, dans sa tête, sa bouillonnait, mais à l'extérieur, rien, le visage inexpressif, juste son regard bleu glacé dans celui de Jean qui lui parlait, qui semblait triste et apeuré d'aller plus loin avec lui. Une personne normale et saine d'esprit aurait arrêté là ou continuer sans poser de question, aurait tenté de le rassurer, mais Alex ne savait pas quoi faire, quoi dire. Il ne voulait pas simplement baiser Jean et l'abandonner, au final, il n'avait peut être pas envie de le baiser mais plutôt de le posséder, le faire siens, pour une durée indéterminée pour le moment.

-Si tu pars...qui me fera à manger ?

Question peut être hors contexte mais qui voulait dire pour Alex qu'il ne voulait pas voir Jean partir, cependant, il leva sa main tremblante vers lui, il voulait le toucher, savoir ce qu'il allait ressentir en posant ses doigts sur sa joue qu'il frôla légèrement avant d'avoir un petit rictus aux lèvres, semblant de sourire tordue un peu mal fichu, il passa e bout de ses doigt sur son cou qu'il releva un peu.

-mh...je t'ai mordu un peu fort.

Il en leva ses doigt et reposa son bras à terre, fixant toujours Jean, les sourcils légèrement froncés, il réfléchissait, qu'est-ce qu'il allait se passer maintenant ? Qu'est-ce que Jean voulait exactement ? qu'est-ce qu'il attend ?

-Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Demande-t-il froidement mais sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Wed 12 Jul - 20:22
Jean était sur Alexei, l'empêchant de bouger et surtout de fuir. Il se sentirait mal si jamais le blond décidait de s'en aller, abandonnant le bleu. Ca serait aussi très connard de sa part, alors qu'il venait de le chauffer avec des baisers plutôt torrides. Mais maintenant qu'ils étaient là, allongés au sol, excités... est-ce qu'ils iraient jusqu'au bout ? Si ça arrivait, est-ce que Alexei n'allait pas jeter Jean comme Eibe avait fait avant lui ? Le punk se redressa regarda tristement le blond sous lui. Il ne voulait pas être un objet qu'on utilisait pour se défouler sexuellement et qu'on jetait aprés. Il ne voulait plus se sentir aussi sale qu'il avait été en prison... Est-ce que Eibe se rendait compte du mal qu'il lui avait fait à juste le baiser pour finalement choisir un autre homme ? Bien sur que Jean avait eu envie lui aussi de ce moment avec lui. Mais il avait pensé que c'était du sérieux et non pas juste une envie de passage du psychologue. Maintenant c'était Alexei. Est-ce que ce dernier agirait de la même manière ? Ça lui faisait peur...

« Me regarde pas comme ça... »Souffla-t-il en détournant le regard . Alexei était vraiment déroutant. C'était difficile de savoir à quoi il pensait. Et c'était effrayant en ce moment même.
Jean sourit légèrement et secoua la tête avant de le regarder à nouveau. Qui ferait à manger à Alexei s'il partait ? Et bien quelqu'un d'autre ? Le bleu ouvrit la bouche pour répondre avant de la refermant en sentant la main tremblante du blond effleurer sa joue.
Alexei était juste maladroit. Encore plus maladroit que Jean et avait du mal à exprimer ce qu'il ressentait.

« C'est pas grave... J't'en veux pas. »

Il ne lui en voulait pas pour la morsure, comme il ne lui en voulait pas d'être comme il était. Parce qu'il s'y faisait.
Leur regard se croisèrent à nouveau. Jean se perdit dans ce regard avant de hausser les épaules et poser une main sur le ventre du policier. Il caressa doucement le tissu avant de le soulever doucement, laissant voir le ventre musclé d'Alexei. De quoi le rendre jaloux. Et l'exciter.

« T'sais, j'suis parti un week-end hors du village, pour me taper des meufs. J'ai pas pu. J'étais pas excité, j'osai pas en approcher... aprés c'voyage j'pensais que j'pourrai plus être excité par quelqu'un... Ni par une femme, et encore moins par un homme.»

Il releva ses yeux rapidement sur son visage avant de les baisser à nouveau sur son ventre qu'il continuait de caresser du bout des doigts avant de descendre un peu plus.

« Jusqu'à maintenant... j'sais pas c'que t'me fais mais... j'ai envie d'toi. »Marmonna-t-il tout bas. Il arrêta de bouger sa main, il ne bougeait d'ailleurs plus. Il sentait qu'il rougissait d'avoir dit ça. Mais c'était la vérité. De la façon dont l'avait embrassé Alexei avait réveillé un désir et... alors que ce n'était pas arrivé depuis longtemps, il bandait grace aux caresses, à la chaleur et au baiser de quelqu'un sur lui.

« J'ai envie d'toi, mais c'me fait flipper...en taule...je... »

Il baissa la tête.

« Tu sais c'qui est arrivé en prison... »


demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Thu 13 Jul - 9:31
Cette dispute avait tourné de façon inattendue, Alex était partit pour définitivement viré Jean de chez lui, le laisser partir, vivre sa vie, l'oublier, le laisser seul. Il aurait peut être eu du mal à oublier le plus jeune qui en définitive avait passé pas mal de temps chez lui, il avait eu certes, beaucoup de mal à s'y faire mais il avait finit par s'habituer et à prendre en compte qu'il vivait avec quelqu'un même s'il se gardait de le dire à ses collègues de boulot, seuls êtres vivants dans ce pays avec qui il échangeait quelques mots en dehors de ses interrogatoires.
Cependant, par il ne sait quel processus, il s'était retrouvé allongé sur le sol à l'étage de son appartement, ce fameux colocataire sur lui, en train de l'embrasser alors qu'il y a à peine quelques minutes il avait qu'une envie c'était de le faire sortir de sa vie et voilà qu'en l'espace de quelques instants il n'en avait plus de tout envie, au contraire, il avait envie qu'il reste, qu'il lui appartienne, physiquement mais aussi dans l'espace, dans son espace, il voulait lui laisser une chance de rentrer dans son cercle, un cercle étroit, parsemé de piques, de bosses, un cercle étriqué par des années de solitude, de mal être, de barrage.

Il avait peur de faire une erreur en s'engageant, la dernière fois qu'il avait ouvert son cœur, on l'a trahis de la pire des manière et le traite en avait payé de sa vie et il n'hésiterait surement pas à recommencer et il voulait éviter, il aimait l'action, l'adrénaline, mais tuer des gens, ça, malgré le fait qu'il soit le meilleur tireur du pays, il n'aimait pas, ça lui rappelait trop de souvenir et estimait que chaque personne sur cette terre méritait de vivre avec la vie qu'elles mérites, alors quand il était dans des situations délicates il essayait de viser juste pour simplement blessé, plus ou moins gravement pour offrir à l'auteur du délit, la vie qu'il mérite, une vie de souffrance. Mais il n'avait pas envie que Jean ait ce genre de vie.

Il l'écouta, sentant sa main sur lui, cela ne le gênait pas, il était plutôt fier de son corps, des années d'entraînement, de combat contre son bras handicapé, ça l'avait renforcé et aujourd'hui il était content de se voir dans un miroir malgré les nombreuses blessures sur son corps notamment son bras qui portait une grande cicatrice, il se rappelait chaque jour en ce regardant dans ce miroir, d'où il était parti et jusqu'où il était arrivé et il était fier, mais Jean avait bouleversé ça, il lui faisait poser des questions sur lui, sur ses capacités sentimentales, ses capacités à aimer, à être aimer, jusque là il y avait jamais pensé, il était persuadé qu'il allait finir seul et il s'en sentait bien, jamais il ne serait venu à l'idée d'envisager autre chose que d'être seul, mais voilà que Jean arrive, qu'il lui fait vivre un enfer et qui, finalement, avait appris à l'apprivoiser...

Il le fixa, l'écouta se confier, il se doutait de ce qu'il s'était passé en prison, il voyait bien, après des années à voir des prisonniers souffrir, que Jean avait dû vivre ce que pas mal d'entre eux vivent en prison, un viol, une agression avec de grosses conséquence, la prison est dure quand on est nouveau, c'est une communauté, tous y sont passés et çà les affecte tous, sans exception. Il tendit la main et frôla ses doigts avec les siens, tremblant un peu.

-Je sais ce qu'il se passe dans les prisons.

Il était toujours aussi froid, distant dans sa façon de parler mais il y avait de la compassion et surtout de la compréhension, il comprenait Jean, il avait déjà vu ce genre de cas bon nombre de fois mais le fait que ce soit arrivé au bleu, ça ne lui plaisait pas, vraiment pas.

-Tu n'es pas obligé d'en parler.

Il l'observa un moment, le plus jeune, se rendant compte, en le voyant aussi triste, qu'il n'aimait pas le voir comme ça, qu'il avait envie de le protéger, de le garder avec lui. Il prit ses hanches et se redressa pour s'assoir, l'observant, assit sur lui, le visage triste, il gardait un regard distant et froid mais sa main vint se poser dans les cheveux du plus jeune, la glissant vers l'arrière pour dégager son visage de ses cheveux puis il prononça dans sa propre langue.

- останься со мной
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Thu 13 Jul - 19:00
Comme Jean venait de l'avouer, il n'avait plus réussi à éprouver du plaisir et de l'envie, que ce soit pour un homme ou une femme. Il le savait lui-même que quelque chose bloquait. Il se l'avouait. Mais l'avouer à quelqu'un d'autre, surtout à Alexei, sur lequel il était assis à califourchon en ce moment même, était plutôt gênant. C'était gênant, et aussi honteux pour le punk de parler de ça et faire allusion  à la prison. Mais il voulait être franc avec le blond. Il voulait que ce dernier sache pourquoi le bleu avait peur et n'osait pas se lancer.
Alexei arrêta Jean. Il savait ce qui pouvait arriver en prison. Le punk n'avait pas besoin d'en dire plus et cela le soulageait.
Le blond se redressa et Jean se recula un peu, de sorte à poser ses fesses sur ses cuisses, avant de le regarder dans les yeux.  Il pencha la tête sur le côté avant de sourire et rire légérement.

"Je comprends absolument pas le russe. T"pourrais m'dire "tête de con", que j'réagirais pareil."

Jean regarda le blond un instant avant de se pencher à nouveau vers lui pour l'embrasser. Doucement. Comme si maintenant c'était quelque chose de normal. Comme s'ils étaient  en couple et s'embrassaient quotidiennement. Alors que ce n'était absolument pas le cas. Il y avait eu rapprochement. Un rapprochement soudain. Comme si les deux hommes n'avaient attendu que ça au final.
Le bleu recula son visage et décida de se lever, même si rester sur Alexei en ce moment et se blotir contre lui, lui disait bien. Mais c'était bien trop embarrassant et peut-être trop envahissant pour le blond.


"Tu sais... Tu m'calmes de mes crises comme ça quand tu veux... Même si j'pique pas de crise en fait..."Marmonna-t-il en rougissant. C'était difficile à avouer, mais que Alexei l'embrasse comme ça et le touche donnait envie au punk que ça se reproduise. C'était tellement agréable. Mais comment demander ça au blond? Jean en avait marre d'être comparé à un gamin capricieux. Il voulait que le policier le voit comme un homme. Un homme désirable... Qu'il ait envie de lui.

"T'veux vraiment que j'te fasse à manger maintenant ou... Faire autre chose?"


Il lui jeta un regard rapide, plein de sous entendu. En espérant que le blond comprenne... Qu'il comprenne que le bleu voulait retourner contre lui, mais pas le sol et pas contre le mur.

"J'vais pas partir. J'me plais bien ici..."


demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Sun 16 Jul - 11:07
Les voilà dans une position vraiment étrange, quelques minutes avants ils s'engueulaient, Alex s'obstinait à vouloir donner une leçon de vie à Jean et voilà que tout deux étaient assit, Jean sur le blond, en train de se regarder dans le blanc des yeux ne se posant tout deux la même question, qu'est-ce qu'il va se passer ? Est-ce qu'ils allaient coucher ensemble ? et si c'était le cas, qu'est-ce qu'y allait se passer ensuite ? Est-ce ça ne risquait pas de briser le peu de lien qu'ils avaient tout les deux ?
Pourtant, Alex voyait l'envie de Jean, il l'avait sentit, sur sa jambe, une bosse, une bosse qui indiquait que Jean était excité, avait envie de sexe, avec lui et ça ne le laissait pas indifférent, loin de là. Quand il se leva de sur lui il le fixe toujours, restant assis dans savoir quoi faire, quoi dire, est-ce qu'il devait écouter son instinct ou jouer les raisonnable et ne rien faire pour préserver Jean ?

Il finit par se lever, il s'avança vers Jean, le fixa longuement, autant rester silencieux dans ce genre de cas, faire à manger ? Il n'en était plus là, il avait faim, mais pas comme ça. Il passa de nouveau ses doigts sur sa joue, son cou, son torse puis glissa encore et encore jusqu'à atteindre son entre-jambe encore excité qu'il frôla puis appuya légèrement dessus.

-Ce serait presque méchant de ma part de te laisser comme ça tu ne crois pas ?

Il crispa ses lèvres en guise de sourire, autant écouter son instinct, de toute façon, avec toutes les cigarettes qu'il fumait ça suffisait à dire qu'il n'était pas quelqu'un de raisonnable alors autant faire ce qu'il avait envie de faire sans se poser la question de ce qu'il allait advenir de cette histoire après, au pire des cas, Jean s'enfuirai et il ne le reverrai jamais, ça ne l'affectera pas pour autant, enfin, peut être. Au meilleur des cas tout reviendra comme avant, ça aura été qu'une passade, un désir pur de sexe et seulement ça de la part de tout les deux alors...

Il prit son visage entre ses mains, se collant de nouveau à lui, avec douceur cette fois, il avait peut être un corps de pierre, mais il savait être doux quand il le fallait et là c'était le bon moment, il l'embrassa de nouveau, avec douceur, comme si il en avait l'habitude, que c'était normal pour eux, sans quitter ses lèvres il poussa la porte de la chambre et entra dedans, le gardant contre lui, respirant contre ses lèvres il le colla à lui, il voulait sentir l'excitation de Jean contre la sienne, le frotter contre lui, l'entendre gémir contre lui, grâce à lui.
Une fois dans la chambre il ne prit pas la peine de fermer la porte, il poussa Jean sur le lit et s'allongea sur lui, prenant ses jambes avec ses mains pour les mettre sur ses hanche, s'appuyant ainsi sur lui, se mouvant sur lui, son entre-jambe sur la sienne, sentant de nouveau cette chaleur l'envahir, ce désir, il était doux et sensuel, léchant les lèvres du plus jeune avec sensualité, la joignant à la sienne pour la faire danser, la sucer d'abord doucement puis plus rapidement avant de revenir l'embrasser plus fort cette fois, son excitation grandissante il l'embrassait encore et encore sur ses lèvres avant de descendre sur son cou pour le laisser respirer mais continuer à le mordre, le lécher, le faire siens était devenu son seul désir maintenant...

Toujours aussi doux il glissa sa main non tremblante sur le torse de Jean, sous son T-shirt pour caresser son torse, tout en se mouvent contre lui, épris d'un désir plus fort que sa raison qui lui disait de s'arrêter là, de tout arrêter avant que ça déborde, mais il était faible, et sur ce coup, il lui était impossible d'obéir à sa raison, sa raison qui pourtant l'avait sauvé de bien des galères, là, c'était son coeur et son désir pour Jean qui avaient prient le dessus...
Revenir en haut Aller en bas
Jean Campbell
avatar
Messages : 292
Age : 28
Emploi : Éboueur


Musicien

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Thu 20 Jul - 11:11


demande de rp fermé
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï L. Swanovski
avatar
Messages : 50
Age : 37
Emploi : Flic


Policier

/YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin]

MessageSujet: Re: /YAOI\ Parle de toi mais en silence [Jeanneot Lapin] Thu 20 Jul - 19:49
Plus ils s'embrassaient, plus Alex réalisait qu'en réalité il avait eu envie de ce moment depuis un bout de temps, peut-être même depuis le début, son corps convoitait Jean mais son esprit l'en empêchait mais là, son esprit lui échappait complètement et il n'arrivait plus qu'à penser l'embrasser, le caresser et surtout le faire siens. Il était rare qu'il se montre doux, il était dominateur et dans ses précédentes conquêtes il n'était pas aussi doux qu'avec Jean, on pouvait même dire qu'il était d'un naturel violent quand il était au lit mais il savait ce qu'avais vécu Jean et ne voulait pas que ça recommence, il ne voulait surtout pas qu'il s'enfuit, pas maintenant, il s'enfuirai après si il le veut.  
On pouvait sentir qu'il avait du mal à se contenir, tantôt il le caressait doucement, tantôt il lui donnait un baiser fougueux, plein d'envie, et surtout un peu brutal par moment, chose qu'il n'arrivait pas à contrôler tant l'envie était grande.

Quand il sentit que Jean était réceptif à ses caresses ça le rendait presque fou, entendre ses gémissements ça l'existait, il avait envie de plus, toujours plus, voulait l'entendre crier, crier son nom, son nom à lui, pas celui de son psy, pas celui d'un autre, le siens. Il le laissa l'embrasser, ayant toujours du mal à le laisser faire, Jean avait un côté dominateur qui lui plaisait si il s'en tenait à le déshabiller comme il le faisait, signe qu'il n'avait pas peur, qu'il devait se sentir en sécurité dans ses bras. Il le laissa donc faire, le laissant mettre leur habits à terre. Alex était bien battit, même un peu trop par rapport à Jean qu'il vit baisser le regard et rougir. Le policier avait dans le regard une légère expression, peu être de l'attendrissement ou de la fierté d'avoir un corps comme le siens, finement musclé par des années d'entraînement tandis que Jean semblait fin et maigre à côté de lui et Alex avait compris qu'il avait honte.

Il rompit le baiser quelque instant, se frottant toujours légèrement à lui il se redressa légèrement pour le regarder, son corps était peut être maigre mais ça lui plaisait, il était fragile, pâle, il fallait prendre soin de lui mais il avait aussi une folle envie de le dévorer, baiser chaque parties de ce corps fragile.

-N'ai pas honte. Lâcha-t-il d'un ton neutre.

Il se pencha à nouveau vers lui, posant ses lèvres sur les siennes pour un baiser plutôt chaste avant de continuer sur son cou, laissant une marque en le mordant, il était à lui maintenant. Il continua son chemin, glissant sa langue et ses lèvres sur son torse, s'attardant sur ses tétons qui étaient déjà durs, les suçant et les mordillant chacun leur tour histoire de faire gémir Jean plus fort, passant en même temps sa main sur son boxer qu'il n'avait toujours pas enlevé, sentant le sexe de Jean se raidir et durcir de plus en plus, la main sur le tissue il appuya sa main dessus pour le masser, faisant légèrement ressortir le gland du bleu qui mouillait déjà un peu, faisant tiquer le blond, comme un semblant de sourire

-Déjà...

Il appuya un peu plus fort, le laissant toujours sous le tissu,le massant un peu plus rapidement, plus fort pour faire gémir Jean autant qu'il le pouvait tout en venant l'embrasser à nouveau, lui donnant un baiser beaucoup moins chaste que le précédent, tout en continuant son massage il mordait ses lèvres, dansait avec sa langue, la suçait en faisant des vas et viens de plus en plus rapide avec sa langue et sa main avant de revenir l'embrasser à plein bouche. Commençant lui aussi à se sentir durcir petit à petit, il n'allait plus pouvoir retenir très longtemps son envie de le prendre sans préparation, mais il ne voulait surtout pas le braquer, il le voulait et ne le laisserai pas partir.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Adams :: Le village St-Adams :: Quartier ouest :: Blocs appartements :: Résidence privée Greenwood :: Appartement d'Alexeï L. Swanovski-