avatar
Messages : 25
Age : 32
Emploi : Psychiatre à Bridge Adams


Psychologue

Les non-relations de Erwin

MessageSujet: Les non-relations de Erwin Wed 14 Jun 2017 - 18:45
A propos
On dit souvent que les tueurs en série, les tueurs sanguinaires ont eu une enfance traumatisante. Le plus souvent, ils ont vécu des sévices sexuels. Mais rien de tout cela, je ne rentre même pas dans la norme de mes propres collègues. Je crois surtout que ce qui m’a rendu comme cela, c’est la froideur de mon père et sa disparition soudaine. Mais je ne vous gâche pas la surprise de le découvrir, n’est-ce pas ? Une histoire, c’est mieux lorsqu’on la commence au début, non ?

Anahi Nasrin perse d’origine s’est mariée à Braden Cunningham, membre d’une grande famille aristocratique qui durant l’époque dorée des colonies et de l’esclavage, a fait fortune dans le whisky. Mon père a gardé des valeurs de la haute noblesse, comme il s’est toujours plu à le dire et a donc constamment prit garde à la moindre allure qu’il avait. Il en fut de même pour son petit rejeton : moi. Jamais, il n’a eu de cesse de m’inculquer ces valeurs et surtout, ces habitudes que j’ai encore. Moi, petit aristocrate, sang bleu que je suis, aux manières si pédantes. Ce père, il était froid, taciturne, il ne laissait jamais rien au hasard et me le faisait savoir quand quelque chose ne lui plaisait pas. Il s’amusait à se servir de moi comme d’un petit punching-ball personnel, lorsque mes actes ne lui convenaient point.

Sa cravache, c’était son atout favori pour me fesser, et laisser sur moi, la marque de la punition. Cravache que j’ai encore aujourd’hui, bien évidemment. Cela ne plaisait pas trop à son frère, mon cher oncle : Caïn Cunningham. Lui, était vice-président de l’entreprise familiale, pendant que mon cher paternel en tenait les rênes. Il ne laissait jamais une occasion de faire savoir à mon père que ses traitements n’étaient pas quelque chose qui lui plaisait, et il lui conseillait de cesser, immédiatement. Mon cœur a toujours penché vers le côté de mon oncle, un homme que j’admirais beaucoup. Grand, fort, fier, et une carrure de catcheur, il me prenait sous son aile et m’emmenait passer de bons moments avec lui. Je passais le plus clair de mon temps à ses côtés, délaissant parfois les cours de piano et les cours d’algèbre. L’école à la maison que me procurait un précepteur, engagé par mon père, ne m’aidait pas à me faire beaucoup d’amis, voire aucun, et je n’avais donc que pour seul ami : mon oncle. Très vite, lorsque je n’étais pas avec lui, je m’amusais à torturer et tuer les petits animaux. Le plus gros que j’avais pu faire avait été un chien, à quelques pâtés de maison plus loin. Un jack russel qui ne faisait que piailler et entamait sérieusement ma patience.

Et puis un jour, sans que je n’explique comment, mon père s’est volatilisé. Pouf ! Il n’était plus là. Ni ses affaires, ni rien. C’était comme s’il n’avait jamais existé. Bien sûr, ma pauvre mère ne supporta pas la douleur de cette perte et se suicida plusieurs mois précédents cette disparition tragique. Et vous voulez une amusante anecdote ? Je ne les ait pas pleuré. J’ai simplement regardé ma mère, pendue au plafond, se ballotter au grès du vent. Paisible. Bien évidemment, c’est mon oncle qui devint mon tuteur. Nos sorties à deux étaient plus fréquentes et il m’apprenait beaucoup de choses. Comme à chasser, à pister quelqu’un ou quelque chose, à ne pas laisser de traces. Bref. A être un fantôme. J’étais aussi fasciné avec quelle facilité il pouvait mimer une émotion. Je lui demandais toujours, glapissant de rire et tapant dans mes mains, de faire semblant d’être triste ou heureux. En vivant avec mon oncle, je pus enfin connaître les joies de l’école. J’entrais au lycée et aucun de mes camarades n’acceptait d’être mon ami, à ma plus grande surprise. Ils n’aimaient sûrement pas que j’observe parfois les oisillons tombés du nid avec une curiosité des plus morbides.

Lorsque je quittais les bancs de l’école, alors âgé de 25 ans, mon diplôme de psychologie en poche, je découvris des agents de police à notre domicile, mon oncle et moi. Il était suspecté de plusieurs meurtres, vingt au total et probablement celui de mon père. Lorsque l’on m’apprit la nouvelle, je ne ressentis rien, si ce n’est, quelque chose s’envoler en moi. Je crois que je n’aurais jamais la réponse à cet étrange sentiment qui était né en moi. Bien sûr, mon oncle me laissa hériter de la maison. En prison, il n’en aurait guère l’utilité et je pourrais m’y ressourcer tranquillement, quand l’envie me prendrait de rentrer au bercail. Contre toute attente, les uniques visites que mon oncle recevait étaient les miennes. J’y allais deux fois par mois et nous discutions sans arrêt, sans voir le temps passer. J’entamais une carrière de psychiatre dans ma ville natale jusqu’à mes 30 ans où je dû me rendre à l’évidence. Si je voulais garder ma liberté, je devais quitter la ville. Non, la police ne me soupçonnait pas, je savais me faire discret. Mais mes crimes, enfin, mes œuvres d’art, devaient parcourir le pays, voire le monde et il était temps pour moi de définitivement laisser mon passé derrière moi. Je promis à mon oncle de lui envoyer des lettres et de ne pas l’oublier. Comment oublier son mentor ? La ville de St Adams attira mon attention. Cette petite île perdue avec seulement des hommes comme habitants, était tout à fait charmantes, et j’imaginais déjà toutes les choses que je pouvais y faire.

On accepta de me prendre en tant que psychiatre dans l’université de l’île et je partais, direction mon nouveau paradis, qui allait devenir un enfer pour ses habitants.

Depuis désormais cinq années, je me sens comme un poisson dans l'eau. Je me suis très bien adaptée à la ville de St Adams et à son université. J'ai d'ailleurs commencé à écrire des articles dans le journal, concernant les crimes que les policiers trouvent, parce que je n'aime pas la façon dont les journalistes décrivent mes oeuvres. Et un peu partout, commencent à fleurir des petits articles qui comportent certaines de mes notes. Après tout, il est temps que je songe à la postérité, non ?
  • Observateur
  • Obsessionnel
  • Maniaque
  • Excentrique
  • Egoïste
  • Méthodique
  • Avenant
  • Sociable
  • Manipulateur
  • Poli
  • Rigoureux
  • Méchant
Recherches
[0/1] Titre de la relationDescription du lien recherché.

[0/1] Titre de la relationDescription du lien recherché.

[0/1] Titre de la relationDescription du lien recherché.

[0/1] Titre de la relationDescription du lien recherché.

[0/1] Titre de la relationDescription du lien recherché.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Age : 32
Emploi : Psychiatre à Bridge Adams


Psychologue

Les non-relations de Erwin

MessageSujet: Re: Les non-relations de Erwin Wed 14 Jun 2017 - 18:48
A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...
A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...

A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...
A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Age : 32
Emploi : Psychiatre à Bridge Adams


Psychologue

Les non-relations de Erwin

MessageSujet: Re: Les non-relations de Erwin Wed 14 Jun 2017 - 18:48
A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...
A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...

A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...
A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Age : 32
Emploi : Psychiatre à Bridge Adams


Psychologue

Les non-relations de Erwin

MessageSujet: Re: Les non-relations de Erwin Wed 14 Jun 2017 - 18:48
A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...
A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...

A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...
A propos
  • NOM
  • Prénom
  • Âge
  • Occupation
relation
...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 25
Age : 32
Emploi : Psychiatre à Bridge Adams


Psychologue

Les non-relations de Erwin

MessageSujet: Re: Les non-relations de Erwin Wed 14 Jun 2017 - 18:49
Jetez vous dans la gueule du loup ~ ♥


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Adams :: Le bureau des inscriptions :: Album étudiant :: Fiches de liens-