avatar
Messages : 50


Master Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée]

MessageSujet: Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée] Wed 10 May 2017 - 22:29

Nom
Spartharís
Prénom
Thalíe Andréas
Âge
20 ans
Classe
Master de Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives
Groupe
Étrangers
Club
///
Métier
///
Nationalité
Grecque
Sexualité
Hétérosexuel
Avatar
Nine - Final Fantasy Type 0
Goûts
Thalíe apprécie les aliments sucrés, le chocolat, les mousses à la vanille, la crème fouettée. Il n’est pas très difficile de ce côté-là puisque, de manière générale, il aime se vautrer dans la nourriture quelle qu’elle soit. Sinon il aime son pays, la Grèce, ses plages et son vent chaud.
This is who I am.


My body.  
Thalie n’a jamais eu à redire de son apparence. Il fait partie de ces personnes horripilantes à avoir été bien loties dès le départ. Un petit mètre soixante-treize d’apparence athlétique, entretenu par la pratique régulière de nombreux sports depuis l’enfance. Natation, course à pied, football, tennis, volley ball, lancé de javelot, boxe... peu de disciplines lui étaient totalement inconnues. Et pour cause, dès l’enfance Andréas avait été l’un de ces enfants qu’il faut occuper à chaque instant et dont il vaut mieux extraire toute énergie avant l’heure du coucher.

Le sport s’était avéré être la solution idéale et Thalíe avait donc eu l’occasion de s’essayer à toute sorte d’activités. Contre toute attente c’est l’équitation qui remporta néanmoins sa préférence, au grand étonnement de ses parents lorsqu’ils réalisèrent que sa lubie ne passait pas, contrairement à beaucoup d’autres. Récemment, il s’est également mis à la danse contemporaine, un véritable exutoire dont il ne peut plus se passer.

Andréas se sait agréable à regarder et dire qu’il n’est pas fier de sa plastique serait un abominable mensonge. En Grèce, où  les hommes sont en majorité des bruns aux yeux sombres, Andréas connait un certain succès grâce à sa  tignasse blonde et ses grands yeux bleus, détonants sur sa peau halée. D’après sa dernière copine il possède de longs cils « trop mignons » mais ça, à dire vrai, il n’y a jamais prêté attention - sauf quand l’un d’eux vient se coller dans sa rétine, évidemment.  

Son visage est ovale, bien dessiné avec des lèvres pleines, très souvent fendues d’un large sourire révélant  les deux canines pointues qui lui ont valu l’affectif pseudonyme de « Foxie » par ses amis. Au sein d’un groupe il est bien souvent identifié comme le beau gosse blagueur, celui qui va mettre du sel dans le verre de ses potes et remplacer leur shampoing par du liquide vaisselle dans les vestiaires. La cicatrice qui traverse son nez lui donne un petit air rebelle qu’il adore et les histoires qu’il invente à son propos changent à chaque soirée. Balafre héritée d’un chef de gang ça sonne quand même mieux que de s’être misérablement mangé un poteau électrique en regardant son téléphone - exploser son score sur Angry Birds était une priorité à ce un moment là.

Comme de nombreux gamins un peu trop friqués Thalíe affectionne les vêtements de marque et regarde rarement la note quand il s’agit de sortir sa carte-bleue, même si c’est pour les oublier ensuite sur une rampe de stade ou sur le sol crasseux d’un nightclub. Il arbore un style plutôt classique, dans l’ère du temps. Un jean bien ajusté, un t-shirt à la mode ou une chemise à l’occasion , le tout sur une petite paire de fred perry et le voilà prêt pour sa journée. Sa seule originalité demeure son petit penchant pour les bijoux clinquants, il ne compte plus les bracelets, colliers, montres et autres chaînes en argent qui s’entassent dans son placard.

Porter l’uniforme le met mal à l’aise, comme endosser un rôle inadapté. Il se sent gauche dans son pantalon et la cravate l’étouffe, c’est à peine s’il se souvient de comment la nouer. De manière générale il préfère se promener en maillot de bain comme il en l’habitude sur les plages de Santorin ou le long du port de Crète. Mais étant donné le climat de l’Angleterre et sa frilosité... sa veste cintrée n’est peut-être pas si mal.




My heart.  
Rien de plus qu’un merdeux comme les autres. Un jeune homme en devenir, caractérisé par cette insouciance qui devrait être celle de tous les jeunes de son âge. Plus tout à fait enfant, pas tout à fait un homme. On se cherche et on se découvre. C’est rarement agréable, ça se fait cahin-caha mais ça se fait tout de même. De toute façon il le faut bien. Quoi qu’on en dise le complexe de Peter Pan ça va bien cinq minutes.

Andréas ressemble un peu à ces bonbons acidulés qu’il grignote à longueur de journée. Des couleurs vives, un premier goût sucré en bouche, ça se laisse suçoter du bout de la langue… Et d’un coup ça vous arrache les papilles gustatives comme une bonne vieille tête brûlée. Explosif.

À la limite de l’hyperactivité, toujours en train de rire, pour tout et surtout pour rien. De lui y compris. D'ailleurs, il ne se dit pas blonde pour rien puisqu'il n'en rate jamais une, fatigant pour les nerfs mais toujours rafraîchissant. Il aime les gens et ça se voit ; la tchatche, le contact facile, c’est inscrit dans ses gènes. De toute façon même en coupant le son Andréas s’exprime avec tout son corps ; ses mains, ses yeux, cette manie de toucher son interlocuteur (rappelons que dans les pays comme l’Espagne et la Grèce la distance minimum entre deux personnes est réduite à un avant-bras). Cela fait partie de ses origines, les gens du sud sont comme ça. Un vrai boucan.

Avoir le sang chaud n’est pas non plus qu’une partie de plaisir. C’est plein de peps, ça pétille mais à force de trop le secouer ça vous éclate au visage. Et entre la fameuse génétique et l’éducation de petit prince, il faut bien avouer que Thalíe est loin d’être ce qu’on pourrait qualifier "d’exemplaire". Susceptible et provocant, sa grande gueule lui fera toujours défaut même si en règle générale lui faire perdre son rictus nécessite d’en tenir une sacré couche. On dit que quand il ne sourit plus c’est mauvais signe. Et si en plus on tape dans l’égo c’est un carnage qui se profile. Ça sort les crocs et ça vous croque l’épaule au sens propre comme au figuré. En venir aux coups, si cela est nécessaire ne l’effraie pas bien que la baston ne soit pas son passe-temps favori. Il est plutôt dans le jeu, taquin et culotté. Insolent. Quitte à friser la grivoiserie si cela peut s’avérer satisfaisant.

Les défis le boostent, accro à l’adrénaline, il repousse toujours les limites qu’on lui impose. Le danse  expulse ce trop-plein et l’équitation l’astreint au calme et à la rigueur, mine de rien sans cette soupape Andréas deviendrait rapidement ingérable. Le sport et surtout la compétition à haut niveau ont forgé chez le grec un mental de gagnant.

Du haut de ses vingt ans Andréas est quelqu’un d’extrêmement tenace et son opiniâtreté s’étend à tous les domaines de la vie. Même s’il s’agit d’une petite lubie passagère, une fois l’idée ancrée dans sa caboche, impossible de lui en faire démordre. L’échec n’est pas permis. Jamais. Pas même en cours et dans les matières qu’il abhorre, si son comportement laisse à désirer, ses résultat eux sont toujours impeccables. Cette arrogance lui vient probablement de son paternel bien que le fils et le père l’expriment de manière complètement opposée. Là où son père écrase par sa froideur et son autorité ; Thalíe dégage un petit quelque chose de la diva, il s’impose au culot par son charisme. Fox fait parti de ces personnes qui ne laissent pas indifférent, qu’on les adore ou qu’on les déteste. Eléné avait d’ailleurs coutume de dire à ce bambin couvert de boue qui tentait de lui soudoyer quelques biscuits «  C’est pas parce que vous vous mettez les gens dans la poche que vous pouvez en abuser M. Spartharís ! Oust ! Hors de ma cuisine ! ». Mais encore aujourd’hui… le blondinet use et abuse de sa bouille pour arriver à ses fins. éhontément.  




My story.   « Thalíe Andréas Spartharís »

Effectivement, se lancer dans la vie avec un nom pareille peut s’avérer compliqué. Encore que par un salvateur concours de circonstance il a échappé à l’Héphaïstos de papy. Héphaïstos Andréas Spartharís ça fait quand même un peu nom de gladiateur.

En Grèce, par chez lui c’est comme ça ; prénom, patronyme et nom de famille. C’est un héritage qu’on se coltine toute sa vie ! « Thalíe » c’est le choix de sa mère. Son seul et unique caprice en près de vingt ans de mariage. Pour son entrepreneur de père que l’héritier de la fortune familiale porte le nom d’une muse ne passait que très moyennement  – pour le coup, « Héphaïstos » lui semblait préférable. Alors même si, pour une fois, Mme Spartharís avait eu gain de cause il se borna néanmoins à toujours appeler son fils Andréas. Une sorte de petite guéguerre conjugale. Au final Fox répond indifféremment aux deux.

Administrativement parlant, c’est la loterie puisque le programme, l’intelligence de la secrétaire, ou encore le bon vouloir de l’administration – et de son père – déterminent lequel des deux apparaîtra en premier.  

En ce qui concerne St Adams, les papiers ayant été remplis par son père, Andréas apparaîtra en premier. Ce qui ne l’empêchera pas d’écrire Thalie sur ses copies –  Ça c’est la petite guéguerre Fox et l’autorité paternelle.

___________________

Tout commence dans une putain de grande baraque sur l’une de ces nombreuses îles paradisiaques qu’à la chance de posséder la Grèce. Une belle et grande villa toute de blanche vêtue, abritée à l’ombre de grands arbres dont Andréas n’a jamais connu le nom. Un genre de feuillus. Les pins parasols ont été coupés il y a de cela des années. « Les aiguilles c’est agaçant ! Il y en a toujours partout. ». Lui, au final, il les aimait bien, ces pins parasol. C’est une belle et grande villa,  oui, symbole d’une famille riche et accomplie. Pourtant c’est une belle et grande villa... Vide. Vide de chaleur et de souvenirs pour le jeune homme. D’ailleurs ce n’est pas là qu’il se dirige en premier lieu. Cette maison c’est tout juste s’il la regarde. Elle et ses habitants ; une ribambelle de domestiques et sa mère.

Ses pieds nus, il court le long d’un chemin de sable, au loin le roulis de la mer est étouffé par les dunes. Son sourire s’étale, mangeant son visage bronzé, à la vue de cette petite maison de plein pied, paysanne. Un rire monte dans sa gorge et il débarque sur le perron en criant. Comme d’habitude. Et elle est là, un sourire aux lèvres, cette petite femme ronde qu’il considère comme sa mère. L’instant d’après il la serre dans ses bras à l’en étouffer. C’est ici qu’il a grandi, près de sa nourrice, Éléné, et de ses cinq enfants tous plus âgés. La bonne femme ne peut s’empêcher de rire en voyant ce visage si joyeux. Elle se souvient encore de ce bébé capricieux qui refusait de se nourrir, qui hurlait et qui ne faisait pas ses nuits. Puis de ce bambin qui courrait après ses propres enfants, de cet adolescent joueur, mutin. L’émotion lui serre le cœur quand le visage de celui qu’elle considère comme son fils lui montre un jeune homme. Sa maison est ici.

Andréas a grandi dans ce contexte familial étrange. Peu après ses trois ans son père se vit offrir une opportunité aux États-Unis. Carriériste dans l’âme il se rua sur l’occasion. De plus en plus absent, toujours entre deux avions, il finit par s’y installer la semaine. Ne rentrant que le week-end. Parfois. Quant à sa mère, mariée trop jeune, elle ne fut jamais une femme comblée. Oh bien sur elle aime son fils. À sa manière. Ses moindres désirs, ses moindres envies furent comblés, autant par l'un et l'autre de ses deux parents. Une piscine ? Un cheval ? Un voyage en Russie ? Une Rolex ? Des cours de conduite ? Une voiture de sport ? L’argent qu’ils possédaient pouvait tout offrir, sauf l’essentiel.

Alors l’essentiel, Thalíe le trouva ailleurs, grâce à Éléné. Chacun participa, plus ou moins, à sa construction pour faire de lui ce qu’il est aujourd’hui. Un jeune homme assez équilibré dont les bons résultats font la fierté de son père. Andréas fréquentait le lycée le plus proche, un établissement public faute de mieux dans son secteur, où il reçu un enseignement pourtant exemplaire. Son comportement faisait toujours enrager ses professeurs. Insupportable mais toujours en tête de classement. À côté il suivait des cours particuliers de toutes sortes, équitation, natation mais aussi de la guitare, solfège, il toucha un peu à l’informatique, aux sciences. Sa curiosité et son énergie débordante font généralement de lui un bon élève. De fait il s’éparpille souvent, son intérêt s’étiolant au fil du temps, pour le plus grand agacement de son père. Thalíe s’intéresse à tout, sans distinction et sans préjugés, mais ne se passionne pour rien. Il se cherche encore. L'équitation est la seule activité qui résiste à l’ennui qui semble finir par gagner tous ses hobbies.

L’année de son entrée en quatrième il s’inscrivit dans un cours d’initiation à la boxe après s’être essayé à plusieurs sports de combat. C’est là qu’il fit la connaissance de Silas. Un adolescent de deux ans son aîné. Paumé, il avait déjà redoublé une paire de fois. Le genre de merdeux qu’on condamne à la lecture du dossier. Ils devinrent peu à peu amis et rapidement : inséparables. Ensemble ils faisaient les quatre cent coups au grand damne de leurs professeurs. Mais c’était fun. 'Fun' à la base c’était son mot. Puis peu à peu cela devint le leur. Comme beaucoup de choses.

Peut-être qu’il y avait entre eux plus que de l’amitié. Ils s’étaient déjà embrassés, par défi, pour se marrer, parce que bourrés, pour s’emmerder. Ils flirtaient, se cherchaient. Après tout, Andréas était joueur et qu’est-ce que la drague si ce n’est un jeu comme un autre ? Homme ou femme, les règles ne changeaient pas. Quelques fois il avait couché avec des filles, c’était sympa, définitivement. Après ça devenait chiant, elles vous collent, elles pleurent, elles exigent une liberté qu’Andréas n’était pas près de céder. Et ça, c’est décidément pas fun du tout. Lui ce qu’il aimait c’était le jeu, sentir l’excitation monter jusqu’à ce que l’un ou l’autre des deux partis n’éclate de rire et que la tension redescende. Avec Silas c’était comme ça.

Jusqu’à ce que son père décide qu’il était temps que son fils « quitte le nid » pour reprendre son expression. Ce soir là ils s’étaient disputés, hurlant comme des chiffonniers, cassant quelques vases en se jetant des meubles à la tête. Puis finalement le paternel obtint gain de cause. Forcément. Alors Fox s’était fait une raison. Oui sa bande allait lui manquer, oui Éléné aussi, oui allait se retrouver en internat. Mais il venait d'avoir dix-huit ans. Il était libre. Son père n’aurait plus son mot à dire. Et tant mieux.  De toute façon une fois la décision de son prise rien n’aurait pu l’en faire découdre, Andy tenait bien sa ténacité de quelqu’un et elle ne venait clairement pas de sa mère.

Les vacances d’été terminées il avait fait ses bagages, échangé une dernière accolade avec ses proches, promettant de les revoir vite, après tout il avait un Smartphone dernier cri et un ordinateur portable tout aussi performant, pourquoi s’en priver ? Et il avait embarqué direction St. Adams.

À la fois excité et nerveux. L'avenir lui tendait les bras. Loin de son père, loin de ses origines.
Une page vierge qu'il était impatient de noircir.

Quelqu’un, en revanche, avait peut-être omis de lui préciser que son exil se ferait dans un endroit où les femmes sont... totalement absentes.




Credits © JIN - TG
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 63


Master en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives
Master en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée]

MessageSujet: Re: Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée] Thu 11 May 2017 - 10:53
Bonjour camarade o/ ravie de t'avoir dans ma classe fufufu



We were born to make history
Vitaliy parle en anglais en bleu et en russe en orange
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 50


Master Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée]

MessageSujet: Re: Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée] Thu 11 May 2017 - 12:06
Merci =D !


Andréas débite son anglais en : #4e83bb et marmonne son grec en #f7ab6d

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 844
Emploi : Garde d'enfant à mi-temps


Master Management et Gestion d'Entreprise

Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée]

MessageSujet: Re: Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée] Thu 11 May 2017 - 15:21
La seule chose qui me gêne est ton avatar où on voit deux perso dessus.

Sinon j'adore ta façon d'écrire, c'est hyper agréable de te lire ^^.

Modifie l'avatar et je te valide tout de suite =).
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 50


Master Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée]

MessageSujet: Re: Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée] Thu 11 May 2017 - 16:11
Merci, tant mieux si la lecture était agréable =D !
Pour l'avatar... est-ce que ça te va comme ça ? J'ai un coup de coeur sur cette image du coup j'aimerais bien la garder (Je m'excuse auprès de King pour lui avoir coupé la tête x)).



Andréas débite son anglais en : #4e83bb et marmonne son grec en #f7ab6d

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 844
Emploi : Garde d'enfant à mi-temps


Master Management et Gestion d'Entreprise

Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée]

MessageSujet: Re: Thalíe A. Spartharís - Étrangers [terminée] Thu 11 May 2017 - 16:56
Validation

Ça y est ! Tu es Validé !


Félicitations !! Tu fais maintenant partie des nôtres !  

Toutes les zones du forum s'ouvrent à toi et de ce fait, tu pourras commencer à remplir les diverses demandes et autres qui pourront t'aider à mieux t'intégrer parmi nous. A commencer par FICHE DE LIENS. Nous t'encourageons fortement à la remplir, car elle permet de développer rapidement de nouveaux liens et surtout d'en garder la trace.

Pour te trouver un partenaire de rp, ce sont les demandes de ROLEPLAY qui te seront utiles. Plusieurs personnes cherchent déjà des rp bien précis, alors passes y faire un tour pour voir si quelque chose te tenterait, ou pour remplir une demande toi-même.

D'autres demandes peuvent t'être utiles pour élaborer ton jeu, comme les demandes de CHAMBRES, LOGEMENTS & COMMERCES. Parce qu'il faut bien un toit !!

Si tu es un Étranger, la demande de PARRAINAGE t'es obligatoire. Tu devras la remplir afin qu'un élève puisse venir épauler ton personnage jusqu'à ce qu'il soit plus à l'aise.

Pour terminer, si vous n'êtes pas encore tout à fait à l'aise sur le forum, n'hésitez pas à consulter le GUIDE DU FORUM qui vous offre en une page les liens les plus utiles. Il aide souvent à se retrouver rapidement, mais si vous avez toujours des questions, n'hésitez pas à les poser dans la zone des questions & suggestions. Et les RP EN LIBRE-SERVICE pour vous aider à démarrer sur le forum.

(c) Codage par Crimi - Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Adams :: Le bureau des inscriptions :: Album étudiant :: Fiches acceptées-