avatar
Messages : 41


Chômeur

Gabriel Evans ~ Villageois

MessageSujet: Gabriel Evans ~ Villageois Sun 30 Apr 2017 - 23:47

Nom
Evans
Prénom
Gabriel
Âge
28
Classe
X
Groupe
Villageois
Club
X
Métier
Chômeur
Nationalité
Anglaise
Sexualité
Polyamoureux / Pansexeul
Avatar
Uta de Tokyo Ghoul
Goûts
Il aime tout ce qui touche de près ou de loin à toutes formes d'arts. Passionné de l'amour et du sexe. En fait, il est simple et s'intéresse à tout, par contre ce qu'il n'aime pas, il n'y a pas grand-chose. Et même ce qu'il n'aime pas, il essayera.  
This is who I am.




My body.  
Quand nous nous sommes rencontrés, tu ne semblais pas si âgé. Tu découvrais ce monde, tout comme tu découvrais la personne que tu pourrais être. Tu semblais si sage, une pointe d'innocences inondait encore ton visage. Pourtant, ça ne dura pas. Grandissant, je ne cessais de me dire que tu essayais d'atteindre les sommets des dieux, tant ta taille me dépassait de jour en jour, mais je n'avais pas tardé à te rattraper, maintenant, je te dépasse seulement de quelques centimètres. Heureusement, aujourd'hui, tu as arrêté de grandir, pour finalement atteindre un bon mètre quatre-vingt-trois. Aussi, tu as eu la brillante idée durant toutes ses années, de continuer à te muscler. Tu semblais attacher une certaine importance à l'image qui tu renvoyais, mais même, si maintenant, tu sembles êtres un peu calmer, tu ne peux te résoudre à devenir l'homme qu'on souhaitait que tu deviennes. 

Tu ne sembles apprécier la couleur de cheveux avec laquelle, tu es née, même si parfois, il t'arrive d'y mettre un peu de fantaisie. En même temps, tu y tiens tellement, pourquoi y mettre des produits qui au final risque de les détruire. Là, où par contre tu n'es pas vraiment satisfait du choix de dame nature, c'est tes yeux. Je ne pourrais dire le nombre de fois où je t'ai entendu te plaindre, insatisfait du marron qui dessinait le reflet de ton âme. Je crois bien qu'encore aujourd'hui, tu ne supportes pas de voir cette banalité et ainsi, tu jouis d'une collection de lentilles. D'ailleurs, ça colle parfaitement avec l'image que tu renvoies. 

Toujours à faire les magasins, tu ne cesses d'agrandir ta garde-robe, ce qui m'a rendu plus d'une fois dingue. Tant bien même, j'aurais eu envie de faire de la place, je me disais souvent, que ça t'aillait si bien. Tu ne sembles pas vouloir rentrer dans le droit chemin, comme dirait ton père, mais en même temps, ne serait-ce pas un blasphème, que de te faire subir les choix d'une bonne société ? Puis, tu n'avais pas choisi comme métier, une banalité, tu étais plus porté sur l'excentricité. Si tu savais le nombre de fois où j'étais affligé, tandis que tu rentrais, m'annonçant que tu voulais encore changer de projet. 

Tu as toujours eu mon admiration, artiste dans l'âme, tu sembles faire de ton corps une toile vivante. Tu t'es intéressé par passion à tout ce qui pouvait devenir de l'art, c'est ainsi que je t'ai vu parfois, te tatouer ou percé toi-même. Au final, tu sembles prendre plaisir à jouer de l'aiguille, n'hésitant pas marqué sur ton corps tes différentes envies. 

Aussi, mon ami, je dois dire que malgré le nombre d'années, tu n'as pas changé. Je connais ta peur, tu sais, celle qui semble t'accompagner dans tes sombres heures. Bien sûr, tu fais attention, tu soignes ton apparence, tu n'hésites pas à user de crèmes si tu penses que c'est nécessaire, mais je dois te le dire, un jour, tout le monde vieilli, mon meilleur ami. Tu n'es pas très loin de tes trente ans et tu sembles encore trop attaché à des espoirs de grands enfants. 


Ton ancien amant et meilleur ami, Mikael.







My heart.  
Tu as été très longtemps ma boule d'énergie. Un rayon de soleil qui m'a sauvé de la monotonie. À chaque fois, tu étais là quand ça n'allait pas, tu étais là dans la joie aussi, pour partager ce que le monde t'offrait. Dire qu'au début, j'avais peur de ce comportement un peu trop familier et pourtant si bien éduquer. Je pensais que ta gentillesse n'était qu'une facette, il est également vrai que tu as une part de sombre en toi, mais qui ne l'a pas. 

Au fil des années, j'ai appris à te connaître, tu n'as jamais renoncé au savoir, tu semblais toujours en quête de connaissances, mais qui pourrait te blâmer, de te voir briller en société. Je ne t'ai jamais vu reculer devant les choses que tu ne connaissais pas, bien trop curieux d'en connaître le moindre détail, pour te faire ton idée. 

N'empêche, j'ai été heureuse avec toi, durant tout ce temps, tu m'entraînais dans tes délires, me faisant voir des merveilles que je n'aurais jamais soupçonnées. Tu m'as offert ton cœur, et même si aujourd'hui, nous ne pourrons plus être ce que nous avons été, je ne regrette aucun instant passé à tes côtés. 

Parfois, je t'ai vu secret, admirant l'art, comme une divinité, jouissant d'un regard, que j'ai toujours jalousé. Et même là, tu ne semblais pas m'ignorer, me donnant ton savoir pour que je puisse apprendre à le voir de moi-même. En tant qu'observateur, tu étais sublime, mais je crois bien que c'est dans tout ce que tu as entrepris où j'étais la plus admiratrice. Rien ne te rebute, pour peu que tu l'as choisi, tu te donnes à fond, comme dans notre histoire. Et d'ailleurs, je sais que tu étais sincère, dans notre relation, tu nous aimais profondément. 

Il me semble que tu aimes ta vie, bien que vieillir ne soit pas une chose qui t'enthousiaste, tout comme d'avoir une vie rangée. Tu ne peux décidément pas être posé, avoir un boulot stable ou encore une vie de famille. Tu veux en profiter, jusqu'au jour où tout ça ne te suffit plus, mais ce n'est que mon avis. Je ne dis pas que tu en est incapable, bien au contraire, mais il n'est pas encore temps de le faire pour toi. 

Je te souhaite qu'un jour, tu trouves ce qui te manque, que tu puisses vivre la vie dont tu rêves, sans retenu, même si je sais que pour toi, tu la vis déjà. J'ai bien cru que ça allait un jour se produire, avec moi à tes côtés, mais comment t'en vouloir, toi qui as toujours été si honnête avec moi. Je t'aimais et t'aime encore, mais j'ai fait mon choix, tout comme lui. Nous restons amis, car tu ne peux pas te résigner à nous effacer de ta vie ainsi. Donc, mon amour, je te souhaite un bon voyage dans cette vie qui est la tienne, poursuis tes envies, abreuve-toi du savoir qui te plaît tant, laisse toujours l'art te dominer et surtout n'oublie pas d'aimer. 

Ta meilleure amie et tendre chérie, Elena.








My story.  
Un petit village, où la richesse est un quotidien, tu as eu la chance de naitre dans une famille fortunée. Tu as pu jouir d'une bonne éducation, est-ce peut-être pour ça que tu es si curieux. Contrairement à nous, tu as la chance d'avoir une enfance ordinaire, étude, amis, tu grandissais tranquillement. Certes, tu n'as pas connu ta mère, car ils t'avaient annoncé qu'elle était morte en couche. Enfin, c'est ce que tu as cru une bonne partie de ta vie. Tu ne possédais ni frère, ni sœur, tu avais bien des cousins, mais ce n'était pas pareil. On avait besoin d'un héritier. C'était des mots bien durs à entendre, comprenant par la même occasion, que tes parents biologiques n'étaient pas ceux que tu pensais être. Pourtant, je ne t'ai jamais vu t'en plaindre, ni même chercher à les retrouver. Tu devais te dire, que si on t'a abandonné, c'est qu'on ne voulait pas de toi, donc autant ne pas remuer le couteau dans la plaie. Ce qui ne t'a pas empêché, d'aller voir le monde, de visiter des endroits qui te semblaient interdit, encore gamin.

Très vite, tu as aimé la vie américaine, après un voyage de deux ans à travers le monde. Tu es le genre de mec qui s'adapte facilement, au point que tu ne semblais jamais manquer de rien. Très vite, tu as enchaîné les boulots, prenant dû plaisir à apprendre toujours plus. Tout comme ton contact avec les autres, tu sembles à l'aise avec n'importe qui. C'est peut-être ça qui t'a amené à vivre la vie que tu as.

Quand nous t'avons connu, tu étais toujours accompagné, comme si le monde gravitait autour de toi, elles se faisaient rare les nuits où tu étais seul dans ton lit. Puis, tu n'as jamais caché à qui que ce soit, enfin sauf à ta famille qui ne comprenait pas, que tu as de l'amour à donner. Certes, il t'arrive de seulement partager une nuit, mais la plupart du temps, tu aimes partager un amour réciproque. Tu as la capacité à aimer plusieurs personnes en même temps, sans jalousie, sans compromis. Certes, tu ne le caches pas auprès de tes prétendants, qu'ils soient hommes, ou femmes, tu aimes simplement.

Je t'ai toujours vu faire des métiers où tu exprimais ton art, ou que tu étais au contact des autres. Un jour, tu m'avais confié que tu aurais aimé qu'on te laisse, plus jeune, plus de liberté sur ce que tu voulais faire. Certes, ton père ne t'a jamais refusé d'étudier l'art, mais il n'y voyait pas grand intérêt. Par contre, il n'avait jamais vu à la dépense, t'offrant des professeurs renommés pour t'apprendre la musique, la littérature, la peinture… Et j'en passe. C'est pour ça que tu n'as pas hésité à devenir musicien, tatoueur, mannequin, photographe et encore ce n'est que la partie émergée de l'iceberg.

Notre rencontre, à été magnifique, une belle amitié s'est créée, et même s'est transformé en une relation charnelle et tendre. Tu ne peux t'empêcher d'aimer plusieurs personnes à la fois, quand on te captive, tu aimes, comme si nous étions une œuvre d'art. Les années où nous vivions tous les trois sont révolues, car tu as eu la délicatesse de comprendre que nous avions grandi, que nous voulons connaître une autre vie. Tout cela t'a mené à retourner d'où tu viens. Peut-être as-tu besoin de faire le point sur tout ça et maintenant de regarder vers un autre avenir.

Tes colocataires, amants et amis

En conclusion, voilà Gabriel de retour au pays, à Adams. Son père avait été content d'entendre qu'il était revenu, mais il avait déchanté rapidement, car il n'était pas ici pour faire ce que son père attendait de lui. Il voulait simplement prendre du recul, ne sachant pas trop s'il allait rester deux mois, deux ans ou deux décennies. Le petit village avait bien changé et en même temps, restait encore la même ambiance de son enfance. C'était un nouveau départ, bien que familier pour notre petit Gabriel.



Credits © JIN - TG
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 352
Emploi : 0


Master en Management et Gestion d'Entreprise
Master en Management et Gestion d'Entreprise

Gabriel Evans ~ Villageois

MessageSujet: Re: Gabriel Evans ~ Villageois Tue 2 May 2017 - 18:55
Validation

Ça y est ! Tu es Validé !


Félicitations !! Tu fais maintenant partie des nôtres !

Toutes les zones du forum s'ouvrent à toi et de ce fait, tu pourras commencer à remplir les diverses demandes et autres qui pourront t'aider à mieux t'intégrer parmi nous. A commencer par FICHE DE LIENS. Nous t'encourageons fortement à la remplir, car elle permet de développer rapidement de nouveaux liens et surtout d'en garder la trace.

Pour te trouver un partenaire de rp, ce sont les demandes de ROLEPLAY qui te seront utiles. Plusieurs personnes cherchent déjà des rp bien précis, alors passes y faire un tour pour voir si quelque chose te tenterait, ou pour remplir une demande toi-même.

D'autres demandes peuvent t'être utiles pour élaborer ton jeu, comme les demandes de CHAMBRES, LOGEMENTS & COMMERCES. Parce qu'il faut bien un toit !!

Si tu es un Étranger, la demande de PARRAINAGE t'es obligatoire. Tu devras la remplir afin qu'un élève puisse venir épauler ton personnage jusqu'à ce qu'il soit plus à l'aise.

Pour terminer, si vous n'êtes pas encore tout à fait à l'aise sur le forum, n'hésitez pas à consulter le GUIDE DU FORUM qui vous offre en une page les liens les plus utiles. Il aide souvent à se retrouver rapidement, mais si vous avez toujours des questions, n'hésitez pas à les poser dans la zone des questions & suggestions. Et les RP EN LIBRE-SERVICE pour vous aider à démarrer sur le forum.

(c) Codage par Crimi - Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Adams :: Le bureau des inscriptions :: Album étudiant :: Fiches acceptées-